Ce conseiller Pôle Emploi qui m’a rendue dingue

Pôle emploi et FOREM

-Article initialement écrit le 22 décembre 2013-

Très franchement, je pensais que ce rendez-vous serait comme les autres. Il n’y a jamais eu le moindre feeling entre mon conseiller Pôle Emploi et moi.

Il n’a jamais rien compris à mes attentes : moi, je veux travailler, peu importe le domaine. Je suis jeune, je souffre du manque d’expérience, et le moindre petit job est bon à prendre. Il n’y a pas de secteur qui m’attire plus qu’un autre.

J’évite simplement tout ce qui est babysitting car je ne supporte pas les enfants (un gosse ça passe son temps à hurler sans raison, j’aime ma tranquillité >< ), et le démarchage. Le démarchage c’est surtout depuis que Orange m’a refilé l’ancien numéro d’une personne non seulement endettée (appels d’agences de recouvrement), mais également abonnée à tout ce qu’il est possible d’avoir en téléachats. Du coup je reçois parfois jusqu’à des dizaines d’appels par jour, pour cette personne. Devenir démarcheuse, si c’est pour participer à ce genre de harcèlement, non merci ! En plus le démarchage fait souvent chier les gens plus qu’autre chose. Bref.

Je n’ai pas vraiment de projet professionnel précis car je saisis n’importe quelle opportunité. Sauf que mon conseiller Pôle Emploi veut à tout prix me rentrer dans une case. Il n’arrive pas à comprendre que je ne veuille pas me restreindre à une seule catégorie de poste : je ne trouve déjà pas d’emploi en postulant partout, mais si en plus je dois me restreindre, je ne suis pas prête de trouver !

Il m’a vraiment rendue dingue lors de notre rendez-vous d’hier. Je suis rentrée chez moi furieuse et découragée.

Je m’étais fait un petit projet de reprise d’études avec un BTS en alternance. Les apprentis trouvent plus facilement puisqu’ils sont moins payés que des employés normaux pour le même boulot… je ne voulais pas reprendre mes études mais de l’autre côté, je voulais travailler.

Je m’étais trouvé une école, mais celle-ci refusait de finaliser l’inscription tant que je n’avais pas d’entreprise d’accueil. J’ai échoué à trouver une entreprise d’accueil. Le fait de ne pas connaître la région -et donc les entreprises de la région- a beaucoup joué. J’ai eu quelques entretiens mais je me suis fait damer le pion à chaque fois. Évidemment, je n’ai bénéficié d’aucune aide, que ce soit de la part de l’école ou de Pôle Emploi (une liste des entreprises ? Nan ? Bon bah nan).

Mon conseiller, évidemment, n’a rien trouvé de mieux que me dire que c’était de ma faute. C’est en partie vrai. Il m’a sorti tout un listing d’entreprises en me disant « pourquoi n’avez-vous pas postulé là ? ». Oh, bah sans doute parce que j’avais demandé ce listing AVANT qu’il ne soit trop tard et que je ne l’ai jamais eu ? Que je ne connaissais pas ces entreprises ? Non, non, pour lui c’était de ma faute, je n’avais pas suffisamment cherché, je n’ai aucune motivation. Bon, passons, j’ai serré les dents et je l’ai laissé continuer.

Me reprocher mon échec de manière injuste n’a pas suffi, il a ramené sa fraise sur ma mobilité. J’ai plusieurs secteurs rayés de ma liste de recherche car ils ne sont pas accessibles via les transports en commun. Il n’a rien trouvé de mieux que de me reprocher de ne pas avoir le permis à 23 ans. Mais je suis censée le payer comment, mon permis ? Je n’ai pas de parents pour me donner l’argent, je ne suis pas éligible pour les aides au permis (trop diplômée u_u), je ne peux pas faire de crédit. Je fais comment ? Mais non, il me sort avec un horripilant ton paternaliste qu’à mon âge tous les jeunes ont le permis et qu’il serait temps que je me bouge. J’ai cru péter un câble et lui ai craché à la figure que je n’étais pas une fille à maman à qui tout tombe tout rôti dans le bec. Je devais avoir le regard vraiment haineux car il s’est énervé en me disant que si tout le monde y arrivait, pourquoi pas moi ? C’est de ma faute si je n’ai pas le permis voyons ! Lui il l’a eu à 18 ans, payé par ses parents, alors pourquoi est-ce que je ne l’ai pas ?

Il m’a ensuite engueulée parce que je suis trop éparpillée dans ma recherche d’emploi et dans mes projets. Il aimerait pouvoir associer un code ROME à mon compte, vous comprenez ? Il va bien falloir que je me décide à avoir un projet professionnel. J’en ai un pourtant : je veux bosser. Il voudrait que je me décide à choisir un corps de métiers une bonne fois pour toutes.

Je n’ai rien contre ; mais à CHAQUE fois que je lui sors quelque chose il me dit « ah ben non, vous n’êtes pas éligible à la formation pour vous reconvertir ici… » ; « Euh, mais ça n’a aucun rapport avec vos études ça… »… rah, boulet, mais le principe de la reconversion, c’est justement d’acquérir des compétences que l’on a pas déjà !

J’avais demandé s’il était possible d’avoir accès à une liste de formations proposées par Pôle Emploi. On ne sait jamais, je pourrais avoir l’illumination devant un métier (la bonne blague). Pour éviter d’avoir à me donner cette liste, il m’a seriné que les formations Pôle Emploi… n’existaient pas. Je lui ai balancé l’exemple d’un pote en formation de gestionnaire de paie :

– Vous voulez être gestionnaire de paie maintenant ?

– Mais non, je vous ai donné un exemple de formation existante…

– Mais pourquoi me parlez-vous de gestionnaire de paie si ça ne vous intéresse pas ?

– POUR L’EXEMPLE !

– Exemple de quoi ? De formation que vous souhaitez faire ?

J’ai cru devenir folle. Le pire, je crois, c’est quand il a commencé à rédiger la synthèse de notre entretien (j’aurais plutôt dit « dialogue de sourds » mais bon) : il commence à marquer que je dois être plus mobile et donc passer mon permis de conduire.

– Mais comment voulez-vous que je passe mon permis de conduire, je n’ai pas l’argent !

– Eh bien trouvez vous un petit boulot !

– Mais vous croyez que je suis ici pour quoi …?

– Oh, arrêtez votre mauvaise foi, vous pouvez très bien faire un prêt !

– Avec quel garant ?

– Vous êtes trop terre à terre, c’est fou…

J’étais vraiment outrée, mais ce n’était pas fini. Voilà qu’il se met à marquer que je cherche une formation de type gestionnaire de paie.

– Mais je ne veux pas être gestionnaire de paie, je vous ai donné cette formation en EXEMPLE !

– Vous n’arrivez vraiment pas à vous décider…

A la fin, je suis partie dans un fou rire nerveux. Ce dialogue de sourds me semblait complètement irréaliste. Le conseiller prétend « avoir de la bouteille » mais ne comprend même pas une simple situation. Et voilà qu’il me demande s’il a des talents de clown pour me faire rire ainsi.

– Oui, si on veut.

Je suis finalement repartie avec la date du prochain rendez-vous, un ramassis d’offres d’emploi auxquelles je ne pourrai pas postuler car le lieu de travail n’est pas accessible via les transports en commun, et une « suggestion de corps de métiers » pour qu’il puisse enfin me rentrer dans sa petite case. Et quelques touffes de cheveux en moins à force de me les arracher de dépit.

Dessin : Eric Eggerickx, galerie de François Meuleman, Flickr

Publicités

Une réflexion sur “Ce conseiller Pôle Emploi qui m’a rendue dingue

  1. bonjour,

    Je suis journaliste pour France Culture et recueille actuellement des témoignages de personnes ayant rencontré des difficultés avec Pole emploi.
    J’ai lu votre blog et j’aimerais vous poser une ou deux questions. Seriez vous d’accord pour que nous en parlions ?
    Voici mon mail remi.douat@radiofrance.com

    merci,
    cordialement,

    Rémi Douat

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s