Rendre son CV et sa lettre de motivation attractifs, l’enfer

Le Cv de l'ingénieur

La première étape lorsqu’on cherche un emploi, c’est évidemment de rendre son CV et sa lettre de motivation attractifs, afin de donner aux recruteurs l’envie de vous recontacter.

Le souci, c’est que les avis divergent complètement à ce sujet.

Certains vous diront qu’un peu de fantaisie et de couleur dans votre CV ne fera pas de mal, afin que l’œil du recruteur soit attiré par votre CV parmi la masse de papiers noirs et blancs parmi laquelle il se débat.

D’autres vous diront qu’au contraire, les recruteurs français sont très psychorigides et qu’il faut surtout rester sobre, avec une mise en page classique, sans rien qui dépasse.

Le pire ? C’est que ces deux écoles ont raison ! Tout dépendra du métier pour lequel vous postulez, de la boîte dans laquelle vous postulez, du type de contrat que vous visez. La réalité, c’est qu’il faut adapter son CV à chaque candidature, même pour les jobs alimentaires.

Une entreprise « haut-de-gamme » peut tout aussi bien apprécier un CV couleur (quand je dis couleur, je ne parle évidemment pas d’un CV écrit en rose bonbon sur fond bleu ciel, on se comprend), montrant la créativité de la personne, comme un CV sobre et impeccable. Tout dépendra de l’emploi visé. Une personne visant un travail artistique, réclamant une certaine autonomie, inventivité, talent, se devra de faire mieux qu’un CV classique dont le modèle a été trouvé sur internet.

Par contre, pour votre job d’été à McDo, il est inutile de chercher à se démarquer : des centaines de jeunes postulent pour le même emploi alimentaire et ce n’est pas un peu de couleur qui changera quoi que ce soit : pour passer la première sélection, c’est soit de la chance, soit du piston.

La plupart du temps, la partie couleur de votre CV sera juste le petit encadré avec vos coordonnées. Il ne faut jamais trop en faire. Jamais.

Photo ou pas photo ?

La photo est souvent déconseillée sur le CV, à cause de toutes les formes de discrimination qu’elle entraîne : noir, moche, etc, tout est bon pour écarter tel ou tel candidat pour réduire le choix.

Je dirais que la photo est quasiment indispensable pour les postes nécessitant une présentation impeccable, comme les hôtes d’accueil ou les vendeurs.

Le souci, c’est que tout le monde n’est pas mannequin et que vous pourrez très bien vous faire recaler à un poste que vous pouvez parfaitement assumer, juste parce que le recruteur n’aime pas votre bouille.

Si vous êtes photogénique, avec une apparence plutôt avantageuse, je vous dirais bien de ne pas hésiter. Mieux vaut être embauché pour son physique que ne pas être embauché du tout, n’est-ce pas ?

Cependant, si vous n’êtes pas photogénique (ça arrive !), ou que vous avez du mal à faire transparaître une émotion via la photo (si je prends mon propre exemple, je n’aime pas du tout la photo, et j’ai l’air de vouloir tuer quelqu’un sur mes photos d’identité. Pourtant ce n’est pas du tout le cas (quoique parfois… bref) ! Sauf qu’un recruteur se fiera à la photo et jettera mon CV à la poubelle, à cause d’une fausse impression), je vous déconseille de mettre votre photo sur votre CV, y compris pour les postes qui en nécessitent une obligatoirement. Beaucoup disent que les CVs avec photo sont plus consultés, mais les recruteurs cherchent des CVs par mots-clés, pas par photo. Vous aurez tout autant de chances que les autres de voir votre CV consulté, et esquiverez la discrimination.

La lettre de motivation

La lettre de motivation est un cas spécial. Nombreux sont ceux qui vous diront d’éviter les modèles trouvés sur internet, vus et revus par les recruteurs. C’est plutôt vrai. La lettre de motivation est ce qui fait la différence entre deux candidats identiques. Elle doit refléter votre envie réelle de décrocher le job.

Pour un boulot alimentaire, si la lettre de motivation est exigée (ce qui est hypocrite, personne ne croira que c’est votre rêve de vendre des sandwichs à la chaîne par exemple), je vous suggère d’en faire le minimum. Vous avez vu l’annonce, le poste vous intéresse, vous souhaitez rencontrer la personne. Le plus délicat sera, en entretien, de ne pas éclater de rire lorsqu’on vous parlera de l’image de marque de ce célèbre fast-food et de sa clientèle « exigeante ».

Il n’est pas très utile de mettre l’accent sur vos compétences professionnelles. Généralement, elles sont déjà indiquées sur le CV et font doublon. Il faut plutôt mettre l’accent sur les raisons qui vous poussent à postuler, votre motivation, vos ambitions, votre connaissance de l’entreprise, sans non plus en dire trop car il faut bien garder quelque chose à dire en entretien.

Si vous n’avez pas ou peu d’expérience professionnelle, il s’agit de mettre l’accent sur votre ressenti, sur ce que vous attendez du poste, ce qu’il vous apportera et ce que vous apporterez à l’entreprise.

De nos jours, l’absence ou le manque d’expérience fait peur. Même pour les emplois non-qualifiés, le recruteur préfèrera prendre quelqu’un qui a de l’expérience plutôt qu’un jeune qui débute. Ce qui, d’ailleurs, conduit beaucoup de jeunes diplômés à « trafiquer » leur CV afin d’ajouter de l’expérience, pour faciliter l’embauche.

« Trafiquer » son CV, oui ou non ?

Avant tout, il faut savoir que « Produire un CV mensonger constitue une faute susceptible de justifier un licenciement si les fonctions du salarié exigent de sa part une honnêteté et une loyauté irréprochables (ex. : gestionnaire de patrimoine : CA Lyon 25-6-2010 n° 09-6376 : RJS 2/11 n° 90) ou la possession d’un diplôme qu’il a prétendu avoir (CA Paris 9-2-2011 n° 09-05003) ou si le salarié n’a pas les compétences nécessaires pour exercer ses fonctions (Cass. soc. 30-3-1999 n° 96-42.912 : RJS 5/99 n° 626). » – Memento Social 2014

Il y a plusieurs écoles à ce sujet. Je fais partie des partisans du « oui ».

En effet, les entreprises laissant leur chance à des jeunes sans expérience sont si peu nombreuses que si vous devez attendre… vous allez attendre longtemps. Et tant pis pour la loi.

Mais il faut modifier son CV intelligemment. Toutes les entreprises ne vérifient pas les expériences professionnelles ou les diplômes, mais les plus cotées le font. Donc ça ira si vous postulez à Mc Donald’s, mais pas dans une entreprise qui a pignon-sur-rue. Et une entreprise qui s’aperçoit de votre mensonge peut très bien contacter d’autres entreprises du même secteur pour les avertir de votre cas. Je dirais que mieux vaut mentir sur son expérience que sur ses diplômes… un diplôme demande des connaissances précises, et si vous ne l’avez pas passé/eu, c’est que vous ne les avez pas, même si je conçois bien que 30 ans d’expérience dans la vente remplace aisément un BEP Vente.

C’est donc à vous de choisir si vous souhaitez prendre le risque ou non. Pour ma part je réduis le risque aux jobs alimentaires ou non-qualifiés. Étant donné que ce sont des postes pour lesquels on recherche principalement des gens qui se taisent et qui bossent bien, ils se fichent pas mal de savoir si vous avez bien travaillé à tel ou tel endroit l’été dernier.

Après, il ne faut pas non plus vous inventer des expériences mirobolantes. Si par exemple, vous avez bossé 2 semaines à tel endroit, vous pourrez augmenter la durée à deux mois sur votre CV.

Vous pouvez également inventer une expérience, mais encore faut-il que vous ayez une idée du poste que vous prétendez avoir occupé. Des qualités requises, de ce qui se passe au quotidien, etc. Restez réaliste. Un recruteur ira moins vérifier un job d’été en juillet/août qu’un CDD d’un an.

En résumé, trafiquer son CV est risqué et il faut se préparer à faire face aux conséquences. Évidemment, si vous êtes embauché grâce à un petit mensonge sur votre CV, n’allez pas vous en vanter auprès de votre collègue devenu en deux jours votre meilleur ami. Le monde du travail est très souvent sans pitié, ce n’est pas une idée reçue. Et si votre collègue est du genre à vouloir se faire bien voir, il n’hésitera pas à vous dénoncer. Donc surtout, pas un mot !

Vous l’aurez compris, adapter son CV et sa lettre de motivation demandent de l’implication, et une réelle motivation. Surtout que la plupart du temps, ces efforts sont vains et particulièrement décourageants. Décrocher son premier emploi, puis son premier véritable emploi demandent de la chance, une très grande patience, et énormément de sang-froid.

Dessin : Eric Eggerickx, Flickr, galerie de François MEULEMAN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s