Un livre sur mes tribulations ?

écriture

C’est un projet qui me paraît à la fois fou et réalisable…

Écrire un livre sur mes tribulations de jeune diplômée. Les études ne font pas tout.

Écrire un livre sur pour montrer que non, de l’emploi il n’y en a pas partout, que si je n’ai rien, ce n’est pas parce que je ne cherche pas.

Écrire un livre pour montrer aux gens à quel point une simple petite question peut déprimer.

Écrire un livre pour dénoncer les pratiques abusives.

Écrire un livre pour montrer à quel point les recruteurs pètent plus haut que leur illustre postérieur.

Écrire un livre pour présenter mon parcours, en toute simplicité. Pour montrer ce qui m’a conduite jusqu’ici.

Écrire un livre pour faire rigoler les gens avec ma malchance légendaire (aussi légendaire que moi quand je joue Ashe sur League of Legends haha)

Écrire un livre pour me prouver que je peux être douée quelque part.

Je n’y connais absolument rien en publication, et quand je lis des articles sur le sujet, je ne comprends rien. Je ne sais même pas si, à la finale, je vais le publier. Mais j’ai commencé à écrire. Je veux tout raconter, tout depuis le début. Je pense que ce sera présenté de manière chronologique, c’est plus facile ainsi de montrer quels évènements m’ont amenée à être aussi pessimiste, négative, blasée.

Au début je me disais que le livre ne serait pas bien gros, parce qu’au fond, je n’ai pas grand chose à raconter. Mais en fait si. J’ai beaucoup de choses à dire. Des anecdotes que je n’ai jamais racontées ici, des réflexions qu’on m’a faites ou que je me fais toute seule…

A une époque je songeais à envoyer une idée d’article pour un journal du genre Rue89, mais c’était trop long, je n’arrivais pas à faire court.

Je suis bien consciente que je ne ferai pas un best-seller, mais je crois que j’ai besoin de m’épancher, de tout raconter, de viser plus haut qu’un blog qui a dix visites par jour à tout casser. J’aime mes lecteurs, j’aime avoir des commentaires, des avis extérieurs sur ce qui m’arrive, mais j’ai aussi envie de toucher plus de monde. D’essayer de faire comprendre aux gens que la situation n’est pas celle annoncée au 20h de TF1. David contre Goliath. Ce qui tombe bien, j’aime me battre.

Publicités

8 réflexions sur “Un livre sur mes tribulations ?

  1. Pour la publication, il y a des éditeurs 100% numériques (Numeriklivre par exemple). La démarche n’a rien de compliqué, si ce n’est que le manuscrit doit être accepté par l’éditeur.

    Il y a aussi l’autopublication Amazon : aucun filtre à l’entrée, rien à payer, vous touchez simplement un montant pour chaque livre vendu. Par contre vous devez vous débrouiller seule pour faire la publicité de votre titre.

    Encore plus simple, le texte « librement payant » façon ploum.net. Vous laissez votre livre en libre accès, chaque lecteur paie ce qu’il veut par Paypal ou tout autre moyen de paiement.

    Dans tous les cas, il sera impératif de le faire relire et corriger par au moins deux personnes avant d’essayer de le diffuser.

    J'aime

    1. Je vous remercie pour vos informations ! Je n’ai pas grand monde à qui faire relire ça (ou alors des personnes qui seront visées de plein fouet, donc ne seront pas objectives car vexées), mais je vais quand même tenter le coup, il y aura bien quelqu’un qui acceptera.

      J'aime

  2. Votre projet me rappelle le livre « On vous rappellera » que j’avais trouvé excellent, notamment les nombreux entretiens d’embauche, qui peuvent paraître invraisemblables pourtant .

    Je rejoins Rak à propos de la nécessité de relecture. En particulier, si vos tics de langages sont tolérables pour des billets de blogs, leur répétition serait vite agaçante dans un récit plus volumineux.

    Vous pourriez demander sur ce blog un ou deux volontaires pour cette tâche, en échange d’un exemplaire du livre.

    J'aime

    1. Je n’avais pas entendu parler de ce livre, je vais essayer de me le procurer pour voir ce que ça donne.
      J’avoue que je ne me rends pas compte de mes tics de langage et en plus, vu qu’on ne me fait pas la remarque, ça ne va pas aider.
      Je note pour l’appel aux volontaires sur le blog, même si je n’ai pas non plus des masses de lecteurs.

      J'aime

      1. Chacun a des tics de langage dont il est impossible de se rendre compte par soi-même. Ce n’est pas un problème pour des textes cours.

        Mais quand un auteur de romans utilise en permanence les mêmes expressions rares ou inappropriées, le lecteur finit par se focaliser sur ces anomalies et non sur l’histoire.

        Un seul exemple : vous utilisez souvent « à la finale », expression que personnellement je n’ai jamais lue ni entendue de ma vie, même s’il est facile d’en deviner le sens.

        J'aime

      2. Oui je me doute bien !
        C’est une expression que ma mère a toujours utilisée, elle est originaire de la région Centre.
        Il va donc falloir que je trouve des relecteurs de toutes régions alors pour éviter les expressions typiques ^^

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s