Je suis une femme, donc pour être compétente, je dois être maquillée.

maquillageCrédit image : AlexandraDal , Deviantart

En ce moment, je vois fleurir beaucoup d’articles comme quoi certaines femmes ont décidé d’arrêter le maquillage. C’est pour cela que j’ai envie de parler de mon expérience de femme non maquillée… dans le monde du travail.

Il faut savoir que je ne me suis jamais maquillée. Principalement parce que je n’en ai jamais vu l’utilité, ensuite parce que vu que ma peau a toujours mal réagi aux produits couvrants, je n’ai pas envie de tenter le diable. Je m’étais déjà pris quelques remarques en tant qu’adolescente, comme quoi je n’étais pas féminine à cause de ça, mais je n’y avais jamais prêté attention. J’ai eu droit à tellement de remarques cruelles pendant ma période scolaire qu’à force, vous pouviez me dire n’importe quoi, je n’allais jamais y accorder la moindre importance.

J’ai donc intégré le monde du travail en tant que femme naturelle, sans le moindre maquillage. Et c’est là que les remarques ont commencé.

La première réflexion qu’on m’a sortie, c’est que non maquillée, je faisais très négligée. Sur le coup, je n’ai pas vraiment compris. Négligée, moi, la maniaque de l’hygiène ? La nana capable d’écumer tout internet pour trouver LES produits adaptés à sa peau ? Qui passe quand même un certain temps sous la douche pour être certaine de s’être récurée partout, qui se balade avec des lingettes pour faire immédiatement face à un accident transpiration ? On me dit négligée ? Oui bien sûr, je passe le dimanche en jogging/pyjama (selon mon degré de flemme) à me balader comme une loque dans mon appartement, mais ça le recruteur ne le sait pas, et de là à dire que je suis négligée… en résumé, on me considère comme débraillée uniquement parce que je ne porte pas de maquillage. Mais pour quelle raison devrais-je en porter ? Je n’ai presque pas d’imperfections (il m’arrive d’en avoir quand je fais des crises d’eczéma, mais rien d’insupportable à regarder), je n’ai pas de cratères sous les yeux, je m’épile les sourcils (merci maman pour le gène du sourcil épais à mort) et j’ai les dents bien blanches et alignées. Et puis je n’en ai pas envie. Je ne pense pas être un repoussoir à clients pour autant.

Une fois, un recruteur m’a sorti qu’il était hors de question qu’il embauche une hôtesse d’accueil qui ne se maquille pas. Lorsque je lui ai demandé pourquoi, il m’a carrément répondu « c’est pas la foire aux monstres ici ». On me nie la possibilité d’être jolie et avenante sans maquillage. Vous vous rendez compte à quel point ça va loin ?

Une autre recruteuse m’a un jour dit que c’était un critère de motivation. Une femme maquillée est une femme motivée puisqu’elle « se fait belle » pour un entretien. Ah, donc moi qui ne me maquille pas mais qui passe trois plombes à changer de fringues, à me faire des masques éclat du teint, à traquer le moindre sourcil qui dépasse, je ne suis pas motivée et je viens en touriste ? Moi qui ai passé 300 ans à rédiger une lettre de motivation personnalisée, comme pour chaque entreprise ? Je ne trouve pas ça très gentil, de remettre en question ma motivation sur des critères aussi superficiels. Et surtout, on retient une fois de plus l’argument « beauté ». Une femme ne peut pas être belle sans maquillage. Bouffez ça les filles.

J’ai également eu droit au bon vieux coup du « mais vous savez, vous êtes la vitrine de l’entreprise, vous devez être parfaite« . Ah, donc sans maquillage, je ne peux pas être parfaite ? Je ne peux pas accueillir les gens correctement, je ne peux pas faire mon travail correctement ? Je n’arrive juste pas à suivre ce raisonnement. C’est comme si mes capacités à être une bonne employée dépendait de la couche de maquillage que j’arbore.

Le pire, c’est que lorsque j’essaie de défendre mon bout de gras, d’argumenter, les recruteurs coupent net la conversation. Une belle apparence passe FORCEMENT par le maquillage. Et pas le petit coup de mascara, le maquillage complet, aka couche épaisse mit peau qui étouffe. Et si c’est inconfortable, qui vous n’êtes pas à l’aise, alors tant pis. Si j’étais maquillée, je passerais mon temps à grimacer, en me retenant de me gratter, de filer me rincer le visage. Je serais irascible, malheureuse au boulot, forcée d’arborer une perfection totalement factice et incommodante. Frustrée de n’avoir été embauchée que pour mon apparence et non pour mes compétences.

On remet aussi en cause ma féminité. Je ne me maquille pas, je ne suis donc pas féminine. Mais en quoi maquillage et féminité sont-ils liés ? En quoi avoir la peau vierge de tout produit me rend moins féminine que la barbie du quartier ? Quand on me voit, on ne doute absolument pas de mon sexe. Je ne m’habille pas comme un camionneur (sauf pendant mes règles, là j’ai envie d’être confo…et encore, c’est pas camionneur, c’est plus « sport »), j’ai des cheveux bieeeen longs (ils m’arrivent au dessus des hanches) et coiffés, je suis une femme, aucun doute à avoir. Je me trouve bien plus féminine que certaines filles qui pourtant sont maquillées (et pas qu’un peu).

Le maquillage est devenu une norme. Ce n’est plus facultatif, c’est obligatoire. C’est devenu un critère de beauté à mettre au même niveau que tout ce qui est façon de s’habiller, minceur, teint, etc. Tous ces critères superficiels qui ne reflètent en rien des compétences ou une personnalité. Je trouve juste hallucinant d’être jugée à la fois sur mon portefeuille (non parce que pour se faire un maquillage complet, il faut tout le matos, et putain que c’est pas donné !) et sur mon apparence.

Mon apparence ne dit pas que j’apprends vite, que je suis compétente, capable de m’adapter. Que je fais correctement mon boulot. Que j’accepte sans broncher les heures supplémentaires. Que je suis loyale à ceux qui me laissent ma chance. Mais non. C’est tellement mieux de juger une candidate sur sa couche de mascara.

Avoir l’air fatiguée n’est pas un crime. Si la caissière a un bouton sur le front, ça ne gâchera pas la journée des clients. Si l’hôtesse d’accueil a quelques rides, en quoi est-ce que ça l’empêche d’accueillir quiconque ?

Si seulement les mentalités pouvaient changer. Que l’on cesse de faire une fixette sur une perfection que PERSONNE ne peut atteindre au naturel. On a pas besoin d’être des bombes, on a chacune notre apparence, chacune nos défauts, nos qualités, ce petit truc qui nous rend irrésistibles même si on ne se conforme pas aux standards. C’est aussi valable pour les hommes d’ailleurs, qu’on ne se gêne pas pour juger : pas assez musclé, pas assez grand, pas assez fort… franchement, qui postule pour faire un défilé de mode ? Qui passe à la caisse pour reluquer le petit bout de peau qui brille de la madame ? Non ! Ce que l’on veut c’est pouvoir bosser sans être jugé(e)s sur quelque chose qui n’a aucun rapport avec notre profession.

Heureusement, je n’ai pas droit à ce genre de réflexion à chaque entretien. Mais quand ça arrive, ça ne fait pas franchement plaisir…

Et vous, vous a-t-on déjà jugée selon votre apparence en entretien ?

Publicités

17 réflexions sur “Je suis une femme, donc pour être compétente, je dois être maquillée.

  1. Je ne me maquille que très rarement également et j’avoue que je n’ai jamais vraiment eu de remarque à ce sujet, ni en entretien ni au boulot quand j’ai commencé à travailler. Je ne sais pas si c’est lié au domaine et au fait que je ne suis pas vraiment amenée à rencontrer de clients. Je peux m’habiller comme je veux et venir sans être coiffée que l’on s’en fout un peu dans ma boîte actuelle. Je trouve ce discours « vous n’êtes pas maquillée, vous n’êtes pas engagée parce que négligée » discriminant, un entretien DEVRAIT être basé uniquement sur les compétences mais bon, je sais très bien que ce n’est pas toujours le cas….

    J'aime

    1. Je n’ai pas toujours eu le cas, mais comme je recherche principalement dans le domaine commercial, j’ai du contact client, c’est peut-être pour ça. Après je n’ai pas droit à ce genre de réflexion dans tous mes entretiens, mais j’ai parfois eu des regards étonnés… comme s’il fallait forcément que je me déguise pour bosser dans le commerce.

      J'aime

  2. Par réflexe et parce que je me sens nue sans, je me maquille un peu surtout les yeux (coup de mascara + khôl) mais il m’arrive parfois je ne pas me maquiller et j’ai remarqué que personne n’y prêtait attention. Ah si ! Mes collègues me trouvent fatigués ces jours là mais ils ne voient pas que c’est dû au fait que je ne suis pas maquillée.
    Je pense tout de même que tu as raison et qu’aujourd’hui nous sommes formatés et que si nous ne rentrons pas dans ses codes, nous sommes rejetés.

    J'aime

  3. Je me maquille peu, de temps en temps, quand j’en ai envie. Mascara, Khol, un peu de fard à paupière assez discret (ça me fait penser qu’il faut que j’en jette parce qu’ils commencent à me faire gratter) et parfois je remplace ma crème hydratante par une BB crème (c’est vrai que ça masque quelques rougeurs).
    J’ai eu une longue période où je ne supportais plus du tout le maquillage (après mon contrat en maison de retraite en fait, je crois que les produits m’avaient bien déglingués), va savoir si ça m’a pas joué des tours en entretien. Tant pis, j’allais pas acheter des produits qui me donnaient envie de me gratter les yeux au risque de me blesser pour faire plaisir aux gens. Pareil quand j’avais des plaques rouges dans le visage (eczéma, par chance j’en ai beaucoup moins pour ne pas dire plus), je ne me serais pas tartiner de fond de teint pour masquer les dégâts, ça gratte trop ce truc pour le peu que j’ai testé avec des échantillons. La BB crème est un bon compromis, occasionnellement et j’en mettrais pas sur une peau irritée de toute façon.
    Franchement, ça ne fait pas de toi quelqu’un de négligée de ne pas être maquillée, ils abusent les employeurs qui ont pris cette excuse. Tant que tu es propre, coiffée, vêtement propre et repassés (et non troués), que tu sais te tenir, voilà quoi.

    J'aime

    1. J’ai essayé quelques échantillons de BB crèmes mais ça non plus ça ne passe pas, je ne suis vraiment pas à l’aise avec la sensation « peau recouverte ». Déjà que j’ai eu du mal à trouver une simple crème hydratante qui ne me donne pas envie de la rincer sur le champ…
      Je sais très bien me tenir, après tout même si j’ai grandi en cité, j’ai été bien élevée. Je sais passer du langage châtié au langage soutenu selon mon interlocuteur. Et j’ai aussi quelques beaux vêtements que je sors quand j’ai un entretien ou au travail. Je n’ai rien de négligée même si j’ai des périodes pendant lesquelles je prend moins soin de moi que d’autres :/

      J'aime

      1. Ca doit dépendre des marques. J’avais eu un échantillon de la roche posay, ça allait mais je « diluais » dans ma crème hydratante sinon c’était trop aussi. Là, j’ai tenté celle de Maybelline et ça va, je la trouve même assez hydratante.
        C’est une histoire de gout et de couleur, rien n’oblige à en mettre. C’est juste quand je veux faire ma coquette ^^
        Les crèmes hydratantes, grosse galère aussi. Je vais rester sur la marque Avène je crois, c’est celle qui me va le mieux pour le moment. Mais zut que ça douille! Mais bon entre celles qui filent des rougeurs (un comble!), celle qui étouffent la peau, celles qui grattent, les trop grasses, … ce n’est pas simple!

        J'aime

  4. Ton article fait écho à une chose que je me suis souvent dite dans mon précédent boulot.
    Je bossais pour un magasin de grande distri spécialisé (en alternance le temps de mon BTS) et c’était uniquement pour mes jours de boulot que je me sentais OBLIGEE de me maquiller. Pas une fois je n’y suis pas allée sans au minimum de l’anticerne, de la poudre, un fard pour réveiller les yeux et du mascara (et encore ce « strict minimum » j’ai du le faire 2/3 fois à la fin de mon contrat quand j’en avais vraiment marre de me casser la tête.).
    On ne m’a jamais rien dit clairement côté « il faut que tu sois maquillée pour venir bosser » et j’ai toujours aimé me maquiller donc c’est vrai que généralement je le faisais sans trop de soucis. Mais je n’en éprouve pas le besoin constant ou quotidien, j’ai pas systématiquement envie de le faire quand je dois sortir ou aller en cours ou aller au boulot. Je m’en fous qu’on me voit sans maquillage… Et j’ai finit par voir un peu ça comme la corvée imposée indirectement, par les collègues qui me disaient que j’avais une petite mine quand j’étais pas maquillée comme d’habitude, par les clients qui de basent me jugeaient pas compétente (magasin spécialisé, je fais un peu plus jeune que mon âge et j’ai à présent 22ans, une fille dans un domaine de mecs, petite taille et tête de minette… Oui j’ai eu plus d’une fois des clients qui demandaient à voir le responsable du rayon comme si j’étais pas compétente ou qui me regardaient de traviole quand j’allais les renseigner pour me féliciter juste après de mes connaissances…) donc qu’est-ce que ça aurait été si j’avais pas fait « l’effort » systématique de me maquiller chaque jour de boulot…
    J’en suis arrivée à la fin que je ne me maquillais QUE les jours où je bossais et que depuis que je ne bosse plus je me maquille super rarement parce que j’ai un peu eu ma dose pendant un moment.
    C’est un pseudo accord tacite qui m’agace et quand je reprendrais mes recherches d’emplois, j’irais maquillée aux entretiens probablement, mais très légèrement comme je peux le faire au quotidien et pas en mode « Je veux à tout prix dépoter » avec trait de liner, fard appliqué nickel, teint parfait et j’en passe. Parce que j’ai pas à être jugée sur ça à mon sens et j’ai aucune envie de bosser pour une entreprise qui m’embauche pour mon apparence plutôt que pour mes compétences.

    J'aime

    1. Voilà, c’est aussi ça que je n’aime pas, personne ne va nous dire directement que sans maquillage on est « moches », mais tout le monde va tout faire pour qu’on change : petites réflexions à la noix, pression indirecte… et oui ça vient parfois de la clientèle. Quand j’ai bossé en librairie une dame m’avait sorti que j’avais un style vestimentaire trop sophistiqué pour l’endroit… c’était une librairie de quartier sensible et ce jour là j’avais sorti des vêtements typés « gothique chic » parce que je n’avais plus rien à me mettre.
      Je n’ai pas non plus envie de bosser pour une boîte qui me juge sur mon apparence, mais d’un autre côté, il y a si peu de boulot que je me demande si je ne vais pas mettre de l’eau dans mon vin et serrer les dents :/
      Merci pour ce témoignage !

      J'aime

  5. J’ai déjà eu la réflexion que j étais négligée à cause de ma coupe de cheveux. C’était pour un stage (lol) en p a p.
    Je ne vais, chez le coiffeur , que tous les six mois voire un an selon les années.
    A l’époque de cette réflexion, mes cheveux m’allaient mi-dos. Mes cheveux sont toujours propres, et j ai toujours eu des compliments à ce niveau là.
    Simplement je ne me fais pas de coupes sophistiqués et j’aime les avoir lâché. Et apparemment ça fait négligée.
    La réflexion m’est passée au dessus de la tête. J’m’en broute si ça ne plaisait pas à l’employeuse. Je ne vais certainement pas aller chez le coiffeur toutes les semaines pour Madame.


    Dernièrement, j’ai vu une annonce d emploi pour un poste de vendeuse où l employeur offrait des manucures.
    J’avoue que si j’étais jugée sur mes ongles, je serais bien dans la merde..

    J'aime

    1. Ah moi non plus je n’ai pas de coupe sophistiquée, quand je dis qu’ils sont coiffés, c’est une random queue de cheval… je ne peux pas faire mieux, ils sont trop fins ^^
      Aouch, si j’étais jugée sur mes ongles je n’irais pas bien loin non plus, ils sont courts et à peine limés x)

      J'aime

  6. ton article me fait carrement … peur.
    Car je suis dans le meme environnement de travail depuis 10 ans, et ca fait un moment que je ne me maquille plus. (pour des raisons écologique, de santé, gain de temps et d’argent, et juste, parceque je n’ai pas envie. Et que je me trouve aussi bien sans maquillage).
    je n’ai jamais eu de remarques a ce sujet, mais c’est parceque mes collegues sont habituées, et que je n’ai rien a prouver d’autres que mes compétences au quotidien.

    Mais si je me retrouve un jour sur le marché du travail … je redoute vraiment de me retrouver face aux reflexions et comportements que tu as eu a supporter!

    J'aime

    1. Après il faut voir que tu n’es pas dans la même situation que moi : tu as de l’expérience professionnelle, des compétences qui, comme tu le dis, ne sont plus à prouver, donc tu as moins de chances d’être jugée sur ton physique et surtout, selon ton domaine tu auras bien moins de concurrence.
      Moi je suis sans expérience, je cherche dans un domaine ou nous sommes des milliers à avoir le même profil et où nous sommes toujours trouze mille à postuler pour un petit emploi. Forcément dans ces conditions, les recruteurs jugent sur tout ce qu’ils peuvent et mettent le respect au placard. Dans ton cas c’est quand même bien différent !

      Aimé par 1 personne

  7. Je suis à 200% d’accord avec toi ! Je ne me suis quasiment jamais maquillée de ma vie à quelques exceptions près (au lycée pour faire comme tout le monde et quand j’ai commencé un nouveau job dans la cosmétique et qu’une copine m’a influencée pour bien me présenter, mais j’ai vite lâché l’affaire).

    Ca fait 6 ans que je bosse, la seule remarque que j’ai eu était de la part d’une recruteuse en mode barbie femme d’affaire qui me disait que je devrais plus me maquiller pour mieux présenter. Après, pour un taf de clientèle, je comprends que la pression soit bien plus forte à endurer pour la fameuse « image » de l’entreprise. Mais franchement, je pense que c’est un ramassis de conneries culturelles. Qu’on le demande aussi aux hommes dans ce cas, qu’on rigole. Ou alors un petit rappel sur la discrimination à l’embauche, fait du bien par où ça passe.

    On a certainement dû penser de moi que j’étais négligée (et puis, y’a pas que le maquillage, y’a le style vestimentaire aussi), mais on ne me l’a jamais dit en face.
    Et que ce soit le cas ou non, je continuerai à ne pas me maquiller et à m’habiller comme je veux.

    Le maquillage :
    – c’est un business qui profite de la faiblesse des femmes,
    – c’est une excuse pour nous détourner des vrais problèmes de la vie et j’encourage toutes les femmes à arrêter de se maquiller et à essayer de développer de vrais compétences à la place, mais c’est tellement ancré dans notre culture que c’est quasi mission impossible.

    Accessoirement, je ne comprendrai jamais pourquoi les femmes s’obstinent à se couvrir le visage de produits chimiques dont la plupart ne connaissent pas les vrais effets (j’ai bossé en cosmétique, ça m’a dégoûtée pour de bon). D’ailleurs, il y a une super appli là-dessus : Think dirty.

    http://www.creapills.com/idee/think-dirty-une-application-smartphone-qui-classifie-les-produits-cosmetiques-selon-leur-impact-sur-votre-sante

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s