Mais que s’est-il passé ce jour-là ?

handicap

Je vous parle régulièrement de l’enseigne dans laquelle bosse mon conjoint, et je vous ai d’ailleurs précisé que j’avais déjà travaillé pour eux. Mais je me rend compte que je ne vous ai jamais dit comment ça s’était passé et comment mon contrat a pris fin. Ou alors je ne m’en souviens plus, ce qui est possible aussi !

Je ne suis pas sûre de pouvoir donner comme ça le nom de l’enseigne vu ce que je m’apprête à dire, mais je répondrai à vos questions par mail (si le formulaire de contact fonctionne, parfois je reçois des trucs bizarres). C’est une enseigne de grande distribution « haut de gamme », qui revient assez souvent dans les hauls de blogueuses beauté car ils ont bien plus de choix dans ce domaine que les autres. Bon les indices sont suffisamment gros là !

J’y postulais régulièrement mais je n’avais jamais été prise car le sous-directeur de l’époque, appelons-le Mr SD, ne voulait pas de couples au sein de l’entreprise. De base, c’était assez hypocrite car il y avait des couples au sein des employés et que ça ne posait pas problème. Mais bon, mon conjoint n’avait pas encore évolué et était tout en bas de l’échelle, il n’avait donc pas assez d’influence pour tenter de passer outre ou de se la ramener.

Et puis une employée a commencé à faire le coup du « j’enchaîne les congés maladie » et ils cherchaient quelqu’un pour la remplacer. C’était en rayon charcuterie/fromagerie et il fallait quelqu’un assez vite. Mon homme a glissé mon nom et Mr SD a accepté de me faire faire un essai. C’était surtout car ils ne voulaient pas embaucher d’intérimaire et qu’ils manquaient de temps pour passer par la plate-forme. J’ai passé mon entretien avec lui, il était parfaitement au courant pour ma RQTH et ça ne posait aucun souci. Je signais le jour même et commençais le lendemain.

Au moment de la signature de mon contrat, avec la secrétaire, une dame passe et m’observait à travers la vitre, un peu comme une bête de foire. J’étais un peu gênée et, voyant la secrétaire arriver, j’en profite pour demander qui était cette dame. Du coup, elle a voulu me la présenter. C’était la sous-directrice, Mme SD. Je lui ai tendu la main pour la serrer et… elle a pris un air dégoûté et est partie. Ah d’accord. Bon.

La secrétaire m’a expliqué qu’il y avait deux sous-directeurs : un pour l’alimentaire, celui qui m’avait recrutée, et une pour le non-alimentaire, la dame qui venait de partir. Je n’étais pas censée avoir à faire avec Mme SD puisque je ne dépendais pas d’elle vis à vis de mon poste.

Je prends mon uniforme (trop grand xD) et me présente à mes collègues. Je parle de l’incident de Mme SD à mon binôme et elle me fait :

– Ouh là fais attention, elle va t’attirer des emmerdes. Elle n’aime pas parler aux simples employés…

En résumé, une gonzesse qui ne se sent plus pisser parce qu’elle a un poste haut placé et qui refuse de parler à la plèbe. Bon, bah soit, je n’étais pas censée avoir à faire avec elle, qu’elle vive sa vie.

Mon contrat devait durer un mois. Je voyais de temps en temps Mme SD rôder sans pour autant s’adresser aux employés, sauf pour leur faire des remarques. Sachant qu’elle n’était pas censée intervenir dans le secteur alimentaire. Mais Mr SD lui était complètement soumis et je n’allais pas tarder à en faire les frais.

Un premier incident a eu lieu avec une collègue. La fromagère, celle qui était censée s’occuper de la partie fromage du service, mais qui n’était jamais là. Toujours à fumer dehors ou à traîner dans la salle de pause. Je servais une cliente qui me demandait conseil sur les saucisses : en effet, elle organisait un repas et allait avoir pas mal d’enfants, donc elle voulait des types knackis qui leur plairait. Elle hésitait et là, je sens une présence dans mon dos. La fromagère, qui d’un coup brame :

– Eh ben si t’es pas contente tu rentres dans ton pays !

What the… ? La cliente, asiatique, a ouvert de grands yeux, aussi grands que les miens. Je ne comprenais même pas, cette gonzesse n’est jamais là et quand elle est là, c’est pour insulter la clientèle. Gênée, je m’excuse auprès de la cliente et lui rajoute deux « knackis » en guise de geste commercial, pour compenser l’insulte. Quelques minutes plus tard, Mr SD se ramène pour me dire que je n’ai pas à faire de gestes commerciaux comme ça. Je lui raconte l’histoire mais visiblement, ça ne le choquait pas. J’ai appris par la suite que la fromagère est connue comme le loup blanc pour insulter les clients et ne rien branler, mais elle, elle a un CDI. Et ça m’écœure un peu de voir ce genre d’énergumène avoir un emploi… bref.

Le deuxième incident venait de moi. La CAF, dans laquelle j’avais postulé pour devenir technicienne conseil, a fini par me recontacter, 4 mois après ma candidature. Elle organisait des tests écrits de pré-sélection et m’avait inscrite à une date précise, qui évidemment tombait en plein jour de travail. En théorie, j’avais toutes mes chances à la CAF, les tests étaient largement à ma portée et ça pouvait déboucher sur un CDI. Le rêve pour moi. J’étais en plein dilemme : j’avais bien compris que je ne pouvais pas espérer travailler dans la boîte de mon homme, entre Mme SD qui ne pouvait pas me voir en peinture et Mr SD qui ne voulait pas de couples, mais je voulais quand même laisser une bonne impression, histoire de pouvoir postuler dans un autre magasin de l’enseigne. Mais de l’autre côté, je ne voulais pas rater une opportunité de CDI.

Mon conjoint a fini par décider à ma place : priorité au potentiel CDI, sinon j’allais me ruiner moralement à regretter de ne pas avoir saisi ma chance. J’ai donc annoncé que j’allais m’absenter une journée pour passer ces tests. J’ai évidemment pris une réflexion de Mme SD « Ah, vous ne voulez pas faire carrière chez nous ? », mais j’ai quand même posé ma journée.

J’ai été passer mes tests et, le lendemain, je retournais travailler. Mais Mme SD m’attendait et me demande de venir dans son bureau. Je me demandais ce qu’elle me voulait, surtout que je n’étais pas sous ses ordres directs.

Elle a posé mon dossier employé devant moi, a sorti ma RQTH et m’a balancé que j’étais incompatible avec le poste. Elle semblait jubiler en me disant ça. En effet, la mention « station debout pénible » y figurait et comme j’étais debout, elle me considérait comme inapte. Tout se passait bien, je n’étais pas non plus tout à fait debout car j’avais la possibilité de m’adosser, mais elle me déclarait inapte. J’étais toujours en période d’essai, et elle a rompu mon contrat. Je vous raconte pas la lueur de triomphe dans ses yeux.

Mon conjoint me dit d’en parler à Mr SD, qui m’envoie paître en me disant que si elle avait rompu le contrat c’est qu’elle devait avoir une bonne raison, car on ne rompt pas un contrat comme ça. Oui enfin j’étais en période d’essai donc si, on pouvait le rompre « comme ça ».

J’ai été finir ma journée, dégoûtée, et j’ai annoncé à la chef charcutière que j’étais virée. Elle avait l’air choquée et ne comprenait pas, car j’étais un très bon élément. Mais bon, quand je lui ai dit que Mme SD était à l’origine de ça, elle a paru comprendre et m’a limite évitée comme une pestiférée.

Quelques jours plus tard, j’apprenais que je n’étais pas non plus retenue pour la CAF car ils n’ont pris que des internes. J’avais passé le concours pour rien.

J’ai par la suite retenté ma chance en déposant des CVs dans ce magasin, mais je n’ai jamais eu la moindre réponse. Mme SD, puis Mr SD ont été mutés ailleurs, ne sont plus dans le magasin aujourd’hui, mais comme l’a prouvé ma petite aventure (article précédent) je n’ai pas plus de chance pour autant.

Ce magasin est plein d’irrégularités : dimanches et jours fériés non majorés, trop d’heures supplémentaires, les droits élémentaires des employés sont bien souvent bafoués à coups de pression. La grande distribution classique, quoi.

Mais le pire, c’est ce troll majestueux que mon conjoint m’a ramené : le magasin distribuait des prospectus « Mission handicap : la diversité on adore !« . Ha ha ha. J’ai été virée à cause de mon handicap alors que tout se passait bien. Enfin en théorie… en pratique c’est surtout que Mme SD voulait m’attirer des emmerdes et a bien réussi.

J’ai retenu la leçon : je JAMAIS serrer la pince de mes supérieurs. Toujours rester distante. Compris. Ne pas dire bonjour, baisser la tête devant la madame.

Je n’ai pas porté plainte, déjà car comme j’étais en période d’essai je suppose que même s’il y avait discrimination je n’aurais pas eu gain de cause, la période d’essai permettant de virer sans raison. Et ensuite, parce que c’était (et c’est toujours) l’entreprise de mon conjoint et qu’on dépendait de son salaire pour vivre.

Voilà, maintenant vous savez ce qui s’est passé entre l’entreprise de mon homme et moi, ce n’est pas très joli. Mais ils ont malgré tout de bonnes perspectives d’évolution et donc je m’acharne à y postuler pour y avoir un pied.

Publicités

4 réflexions sur “Mais que s’est-il passé ce jour-là ?

  1. Bonjour je reçois ça régulièrement, je ne sais pas si ça pourrait t’intéresser :
    Un Activ’Boost qu’est ce que c’est ?

    Au travers des ateliers Activ’Boost, la recherche d’emploi se transforme en une véritable opportunité de réflexion, de rencontres, d’apprentissage permettant ainsi de révéler le potentiel de chaque individu.

    Grâce à plusieurs activités ludiques et collectives, l’Activ’Boost permet de :
    – Rencontrer de nouvelles personnes;
    – Trouver des solutions concrètes pour lutter au quotidien contre les sentiments négatifs dûs au chômage;
    – Prendre conscience de ses qualités, de ses compétences et de ses envies ;
    – Prendre conscience de sa capacité de création.

    Lors de ce moment convivial, nous ne parlons pas de CV ni de lettre de motivation. Nous parlons de reprise de confiance en soi, de besoins d’épanouissement, de construction d’idées innovantes, de vous !

    Choisissez votre atelier et venez prendre votre dose d’énergie positive :

    Le 11 Décembre à 14h30 :https://www.facebook.com/events/712542268842732/?ref_dashboard_filter=upcoming

    Le 12 Décembre à 14h30 :https://www.facebook.com/events/560487797416183/?ref_dashboard_filter=upcoming

    Le 16 Décembre à 14h30 :https://www.facebook.com/events/736020123151901/?ref_dashboard_filter=upcoming

    Inscription gratuite mais obligatoire via ce formulaire

    Je n’en sais pas plus…mais si tu participes raconte-nous ! Bon courage

    J'aime

    1. J’avoue que j’ai hésité à publier ce commentaire, car ça ressemblait à une pub pour un truc un peu… chelou, mais l’intention n’est pas méchante donc le voilà approuvé. Je ne pense pas participer car ce genre d’atelier à tendance à m’horripiler ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s