S’orienter correctement -CAP Emploi-

cap emploi

Quand je vois la violence avec laquelle je me fais recaler lors de mes entretiens d’embauche, je me dis que vraiment, il y a quelque chose qui ne va pas. Vous imaginez, un sous-directeur qui ne m’a jamais vue -ou alors sans que je le sache- met sa réputation en jeu pour ne pas m’embaucher. Une recruteuse préfère me sortir une excuse insultante plutôt que me trouver un prétexte bidon.

C’est sûr qu’il est plus « agréable » de se dire que c’est de la faute des autres, ou de mon manque de chance chronique, mais au bout d’un moment il faut que j’apprenne à me regarder dans la glace. Il faut que je comprenne mes erreurs.

Il faut déjà savoir que je suis quelqu’un d’extrêmement réservée. Si je sais m’exprimer à l’écrit, à l’oral je suis presque mutique. Je n’aime pas parler, je n’y arrive pas, je ne suis jamais à l’aise. Et c’est quelque chose qui joue lorsque, comme moi, on postule beaucoup dans le commerce. Je me fais recaler dès l’entretien téléphonique car je suis incapable de tenir une conversation basique, je m’en tiens au strict minimum. Quand j’ouvre la bouche, c’est généralement pour dire ce que je pense sans la moindre nuance, et je pense rarement du bien des gens. Mon conjoint m’a d’ailleurs plusieurs fois fait la remarque :

– Putain, je t’ai au téléphone, je t’embauche pas, tu fais pas envie, tu sais pas te vendre, c’est fou. Parle bordel !

Le souci, c’est que je n’y parviens pas. Je n’arrive pas à être enjouée ou intéressante dans une conversation normale, alors au téléphone vous imaginez ? Il a raison, je ne fais pas envie. Il est rare que je parvienne à décrocher un entretien physique après un entretien téléphonique et je comprends mieux pourquoi.

De plus, je ne suis pas du tout à l’aise avec les gens. Pas forcément les gens odieux, je suis mal à l’aise avec tout le monde. Principalement car je suis réservée, que je n’aime pas parler, donc les gens vont vite voir ailleurs et, bien évidemment, se mettent à me baver dans le dos, ce qui me braque encore plus. C’est quelque chose qui pourrait s’expliquer par mon parcours social catastrophique (j’étais toujours « l’intello paria » à l’école, la sans-amis qui enchaînait les bonnes notes et les tentatives d’intimidation par la même occasion), et je n’arrive pas à y faire face. Je ne sais plus me lier d’amitié, je n’arrive pas à attirer la sympathie, je suis juste la fille toujours dans son coin -et très bien comme ça, mais c’est un autre débat- qui ne parle à personne, qui est là pour faire son boulot et qui n’ira pas discuter à la machine à café.

Le souci, c’est que je postule principalement dans le commerce. Ou dans des jobs qui réclament un minimum d’aisance en travail d’équipe. Et donc, je ne parviens jamais à passer le cap de l’entretien car il est ÉVIDENT, pour les autres comme pour moi-même, que je ne suis pas faite pour ça. Le pire c’est que même pour les jobs « solo » on réclame un minimum d’aisance à l’oral.

Je ne sais plus quoi faire de moi. J’ai essayé d’obtenir un stage dans l’administration, gestion via ma mairie, car une des filles à l’entretien de la FNAC avait fait comme ça, mais on m’a dit non sans même justifier le pourquoi du comment.

Le souci des institutions comme Pôle Emploi ou la Mission Locale, c’est qu’ils veulent que je trouve du travail par tous les moyens, peu importe si ça me convient ou non. Ils vont regarder mes diplômes sans chercher à comprendre que j’ai fait une erreur d’orientation, ils vont me proposer des « boulots à jeunes » sans comprendre que je ne suis pas du tout faite pour ça. J’ai besoin d’un suivi plus poussé plus personnalisé, qui tienne compte non seulement de mes envies mais aussi de mes capacités, de mon profil psychologique. J’ai besoin d’être correctement orientée, parce que me coller un poste dans le commerce ne ferait qu’accélérer le burn-out.

J’ai donc fait une demande de POP (Parcours d’Orientation Professionnelle), afin d’avoir droit à des tests de personnalité et des conseils plus poussés que ceux d’un gars qui me voit un quart d’heure tous les 36 du mois. J’en ai fait la demande à mon Pôle Emploi, car le souci de la Mission Locale de ma ville, c’est qu’à chaque fois que je leur demande quoi que ce soit, ils me répondent qu’avec mon diplôme ils ne peuvent rien faire pour moi. J’ai beau leur expliquer que mon diplôme ne définit pas mon orientation, mes envies ou mes projets, ils s’en foutent. Cependant, mon conseiller, qui pour une fois était coopératif (il avait l’air bien sur les nerfs quand même) n’a pas réussi à trouver la POP comme programme possible via Pôle Emploi. Embêté, il m’a proposé de faire un CAP EMPLOI à la place. Je ne sais pas du tout ce qu’est ce CAP EMPLOI mais il me l’a décrit, et le principe semble très similaire à celui de la POP -la rémunération en moins-. J’ai donc accepté et je n’ai plus qu’à mettre tous mes espoirs là-dedans, en croisant les doigts pour avoir en face de moi quelqu’un de compréhensif et surtout qualifié pour faire face à un cas comme le mien, qui a non seulement un handicap physique, mais aussi des troubles psychologiques à ne pas négliger.

Je pense que le souci majeur viendra de l’orientation à prendre après ce CAP. Parce que reprendre mes études risque d’être houleux, sans compter que je n’en ai pas envie. J’ai vraiment envie de pouvoir trouver quelque chose de non-qualifié pour éviter les études à reprendre.

Si parmi vous quelqu’un a déjà fait ce CAP EMPLOI je veux bien vos retours, ça peut être intéressant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s