L’entretien de la morale

morale

Il y a quelques temps, j’ai fini par obtenir un entretien auprès du directeur de l’entreprise de mon conjoint. Le deal, c’était qu’il devait me rencontrer pour ensuite me recommander à d’autres magasins de l’enseigne, car je ne peux pas travailler dans le même magasin que mon conjoint, puisqu’ils refusent les couples. Un peu hypocrite dans la mesure où il y en a, mais passons. Il est vrai que j’aurais du mal à travailler auprès de la jeune fille qui a été recrutée à ma place quelques mois auparavant et qui se révèle être une salope de premier plan. Oui, une salope, j’ai bien employé ce mot. Mais passons.

Mon conjoint a donné mon CV au directeur et je devais être recontactée pour un entretien. Chose normale, il ne voulait pas me recommander à l’aveuglette -même s’il l’a déjà fait pour les enfants de certains employés ou amis…- donc il voulait me voir. J’ai été rappelée l’après-midi même pour le lendemain matin. N’étant pas très à l’aise au téléphone, j’ai fait en sorte d’être la plus enjouée possible mais aussi d’écourter un maximum la conversation.

Le lendemain, je viens et me présente à l’accueil, comme à mon habitude. Je connais bien l’employée de l’accueil avec qui je discute régulièrement. Elle appelle le bureau du directeur, qui n’est pas là. Elle passe une annonce dans le magasin, personne ne répond. Elle cherche à savoir si le directeur est à la cafétéria, mais personne ne répond. On a passé une demi-heure à le chercher car il ne répondait pas non plus sur son portable. Moi qui était arrivée en avance, je me retrouve en retard. Puis il s’est ramené comme une fleur à l’accueil pour me chercher, sans même s’excuser. Bon.

Mon conjoint m’avait déjà dit que c’était un homme un peu dans son monde, du genre persuadé d’avoir la science infuse sur tout, et qu’il avait une très forte tendance à faire la morale à tout le monde sur tout. J’ai déjà connu un gars comme ça, c’était un vrai toxique, qui avait été jusqu’à me faire la morale sur ma manière de vivre. Du coup forcément, j’étais un peu méfiante. Mais je ne m’attendais pas à ça.

Il s’est présenté mais m’a très rapidement dit qu’il était ici pour m’entendre moi, et pas pour me présenter son parcours. Même si juste après, il a enchaîné en me présentant son parcours. J’ai retenu un petit sourire à l’évocation de son passé de militaire, que je connaissais déjà de par l’entretien qu’il avait eu avec mon beau-frère. Puis, hélas, j’ai dû me mettre à parler. Je n’aime pas passer après quelqu’un qui présente un parcours sans tache, car moi, avec mon inexpérience et mes années de recherche d’emploi infructueuse je passe pour une looseuse. Mais je n’avais pas le choix.

J’ai minimisé mon chômage en parlant de mon bénévolat auprès d’associations de protection animale -même si ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui-, esquivé mon expérience désastreuse dans son magasin, et mis l’accent sur ma motivation sans pour autant passer pour une morte de faim. J’ai également laissé entendre que j’avais cherché à repostuler dans cette enseigne mais que je me heurtais au mur du recrutement en interne, d’où la demande d’entretien qu’avait faite mon conjoint.

Et là… je ne sais pas pourquoi, mais le directeur s’est lancé dans le délire moralisateur le plus what the fuck que j’aie jamais entendu. Il s’est mis à me faire la morale sur le fait qu’en achetant sur internet, je contribuais à mon propre chômage car du coup, les magasins ne recrutent plus, que maintenant l’emploi c’est sur internet et que je ne devrais donc pas postuler ici. Je devrais postuler sur internet, partout voyons, pas en mettant mon CV en magasin, c’est inutile, internet nous vole nos emplois et il n’y en a plus. J’ai essayé de lui dire que si c’était si simple de postuler sur internet, je l’aurais fait depuis longtemps, mais les emplois y sont surtout bénévoles ou en free-lance. Cependant, plus moyen de le faire taire, il était lancé. Mais le pire restait à venir.

Il s’est mis à me sortir que je ne devrais pas me plaindre de ma situation financière, car c’est difficile pour tout le monde, y compris pour lui, pauvre petit directeur. La vie est dure ! Pendant un instant je me suis demandé s’il ne se foutait pas de ma gueule : mon conjoint m’a un jour dit qu’il avait sorti devant ses employés qu’il ne savait pas quoi faire de son argent tant il gagnait par mois -un salaire d’au-minimum 3000e, avec tellement de primes que ce n’est même plus possible de quantifier-. Et il me parle de vie difficile. Que je ne devais pas me plaindre car il était sur un pied d’égalité avec moi.

Ben purée, pas de souci, moi je veux bien de sa vie difficile et de son salaire « misérable », pas de problèmes. Et je saurais quoi en faire de son argent ! Je n’utiliserais pas tout pour moi mais j’en profiterais pour contribuer à des projets via Kickstarter ou Ulule, pour aider ceux qui n’ont pas ma chance au lieu de tout accumuler comme une caricature de Picsou.

Le type n’a jamais connu le chômage et me l’a clairement dit, et il a le putain de culot de me sortir que la vie est dure. Alors qu’à la maison, on vit à deux sur un foutu SMIC et que la CAF me sucre les trois-quarts de mon AAH car mon conjoint ose gagner le SMIC et donc entre dans la catégorie « riche ».

Je mourais d’envie de lui voler dans les plumes et de lui sortir qu’il pouvait se garder sa morale car il ne savait pas ce qu’était le besoin, le vrai -pas le besoin du dernier Iphone, le besoin de bouffer tout en gardant un toit sur la tête-. (Il m’a quand même sorti « Quand vous êtes chez vous et que, comme tout le monde, vous utilisez votre tablette ou votre Blackberry »… je n’ai aucun des deux) Mais le souci, c’est que j’avais aussi un besoin vital de sa recommandation car justement, je n’ai pas de job et pas de piste sérieuse.

Il m’a enfin de nouveau sermonnée en me disant qu’il était visible que j’étais beaucoup trop cultivée pour le poste que je briguais, et que je serais plus intelligente de viser quelque chose en adéquation avec mes capacités. Mais bon sang mon gars, tu es qui pour juger du poste que je mérite ? Et surtout, tu ne serais pas en train d’insinuer que tes employés ne sont pas cultivés ? Super, c’est sympa pour mon conjoint ça. Et puis surtout, tu ne penses pas que, intelligente comme je suis (lol), je n’y ai pas déjà pensé, et déjà échoué ?

A la fin de l’entretien, nouvelle surprise : il n’allait pas me recommander directement en magasin mais il allait transmettre mon CV à la plate-forme des jeunes talents qu’utilise l’entreprise pour faire ses recrutements. Du coup, le processus allait prendre beaucoup plus de temps sans garantie de résultat.

Pour le coup, il l’a joué finaud : si la plate-forme ne me recontacte pas, alors il n’y peut rien et mon conjoint ne peut pas lui reprocher de n’avoir rien fait malgré sa promesse. Le truc bien rageant. Et effectivement, plus de deux semaines après l’entretien, la plate-forme n’a pas tenté le moindre appel. Je ne désespère pas, ils appelleront peut-être en cas de besoin, mais les autres magasins du département recrutent toujours d’après les annonces et je continue de prendre des refus pour cause de « poste pourvu en interne ».

En résumé, j’ai eu droit à une leçon de morale de la part de quelqu’un qui n’avait pas à me la faire, pour rien.

Publicités

10 réflexions sur “L’entretien de la morale

    1. Oh ce n’est pas la première fois que je croise un moralisateur du genre, les recruteurs sont pour la plupart complètement déconnectés car en poste depuis plusieurs années, voir toujours. Ils ne se rendent donc pas compte des difficultés car à leur époque ce n’était pas la même chose.
      Mais c’est toujours extrêmement frustrant de ne rien dire, de se retenir de tout leur envoyer dans la poire. Enfin j’ai l’impression que même si je le faisais ils ne comprendraient pas, ils me diraient que j’exagère, comme tout le monde en fait.

      J'aime

  1. Moi, je pense pouvoir trouver une poupée vaudou en faisant jouer mes contacts. T’es intéressée?
    Plus sérieusement, son délire moralisateur a sûrement dû être fait dans le sens où il ne voulait peut-être pas que tu le juges sur sa haute fonction… Il a juste empiré le truc!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s