CAP Emploi : premier entretien individuel

cap emploi

Après deux entretiens collectifs (et un troisième raté pour cause de maladie) m’ayant arraché un « moui » à peu près convaincu mais pas non plus enthousiaste, j’ai pu commencer mes entretiens individuels via le CAP Emploi.

Je dois avouer que j’attendais bien plus que ces entretiens solo que des entretiens de groupe, qui sont sympas pour bavasser (j’aime pas bavasser :x) et pour se remotiver un peu, mais qui ne cassent pas trois pattes à un canard. Là, j’attendais quelque chose de personnalisé et de véritables pistes.

Cette fois, la prestataire m’a semblé bien plus procédurière. Je n’avais pas été à la séance collective précédente car j’étais malade (on remercie le mâle qui ramène les épidémies de son boulot ^^), et du coup, elle m’a fait remplir toute la paperasse que j’avais ratée. Elle aurait pu simplement me poser les questions qu’elle voulait mais non, je devais remplir tout ça, alors que l’entretien ne durait que un quart d’heure. Du coup, la partie conseil personnalisé a été un peu torchée et je suis restée frustrée, car j’aurais bien aimé creuser un peu.

J’ai commencé par mettre le holà sur l’enthousiasme que le groupe mettait à me pousser vers les métiers animaliers : il y a peu de débouchés et en plus de ça, ma pneumologue a souligné qu’avec mes soucis respiratoires, ce n’était pas forcément une bonne idée. Donc ils sont mignons, mais je recherche quelque chose de plus fiable et au fond, leur avis… bah je m’en tamponne un peu le coquillard. Je suis venue trouver un métier adapté à mes envies et surtout à mes capacités, pas trouver un métier dans lequel les autres me voient.

J’ai également mis l’accent sur ma recherche de métiers n’impliquant pas de contact avec la clientèle et étant, de préférence, solo. Je peux supporter le travail d’équipe, mais tout dépend de l’équipe en question, alors autant privilégier ce qui me permettra de travailler sans source de stress supplémentaire. La prestataire, diplômée de psychologie, m’a demandé si je bénéficiais d’un suivi, car elle soupçonnait un Syndrome d’Asperger. Ce n’est pas la première fois que l’on me parle de ce syndrome et il est vrai qu’à première vue, ça me correspond, et pas qu’un peu. Après, de là à dire que je suis autiste, il y a un monde… j’ai déjà des difficultés à trouver un emploi, je n’ai pas envie de me rajouter des problèmes. Et puis je n’ai pas envie d’aller voir un psychologue. Parler à quelqu’un qui ne m’écoute que parce qu’il est payé pour ça, non merci. Parler tout court, d’ailleurs, ne me fait pas envie, c’est une perte de temps. Et puis on ne détecte pas un autisme en quelques séances collectives n’ayant aucun rapport. Bref, passons.

Après avoir rajouté le fait que je ne souhaitais pas reprendre mes études, je lui ai dit que je n’avais rien contre les concours, mais que généralement, c’est un problème financier qui se pose. Si se présenter au concours est gratuit, le préparer, lui, ne l’est pas. Et quand je vois le prix des annales de concours sur internet, je me dis que c’est un peu abusif. Je ne suis pas Rothschild. Elle m’a alors répondu que l’aide pour obtenir un financement de Pôle Emploi est aussi inclus dans la prestation. Elle a remarqué énormément d’irrégularités dans mon suivi et du coup, ça aide pas mal. De base, Pôle Emploi est bien plus conciliant lorsque la demande vient d’un prestataire et non du demandeur d’emploi, mais en plus, j’ai un moyen de pression car on m’a refusé bon nombre d’aides auxquelles je suis censée avoir droit. Après, entre théorie et pratique, il y a un fossé et étant poissarde de nature, je ne veux pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

La séance touchait à sa fin et n’ayant fait que remplir des papiers, je finis par m’agacer un peu et demande à la dame si je pouvais avoir au moins quelques pistes à exploiter à la maison. A la finale, c’est moi qui lui ai donné quelque chose à creuser en lui parlant d’un boulot qu’avait exercé mon ex : le tri du courrier dans la banque de sa mère. Mais je ne connaissais pas le nom exact du métier. Il semblerait que ce soit « Employé des services généraux », plus exactement « employé au courrier ». Un métier pas trop chiant, sans contact client, il faut juste composer avec une équipe pas toujours bien dégourdie (l’équipe de mon ex était composée de femmes plus enclines à aller se chercher un café toutes les 5 min qu’à bosser en soi), mais moi tant qu’on me laisse bosser sans m’emmerder, ça me va. Tant qu’on essaie pas de me tirer vers le bas.

Le hic, c’est que j’ai déjà tenté de postuler à ce type de métier, notamment dans des banques, mais je n’ai jamais réussi à décrocher d’entretien. Une fois, j’ai été rappelée, mais je n’ai apparemment pas convaincu la personne puisque deux minutes après elle m’envoyait un mail type de refus. Mais la dame m’a dit de creuser malgré tout, que je pouvais peut-être passer un concours dans la fonction publique pour décrocher une place dans un métier similaire. Un concours me donne plus de légitimité dans le métier, malgré mes diplômes précédents ou mon passif.

Nous nous sommes quittées après qu’elle ait remis une couche sur le suivi psychologique, car selon elle je pourrais bénéficier d’une aide pour trouver un travail adapté si j’étais reconnue Asperger. Le pire c’est que quelques jours plus tôt je rencontrais ma pneumologue qui m’a également dit de me faire suivre, car je lui semblais dépressive et que surtout, ce n’était pas normal d’être aussi « ours mal léché ». Mais qu’est-ce qu’ils ont, les gens, à vouloir me traîner chez le psy ? Je ne suis pas dépressive, je suis cynique, pessimiste et misanthrope, nuance.

Une fois à la maison, j’ai commencé mon petit travail d’investigation. Car le but du CAP Emploi ce n’est pas de se faire mâcher le travail, c’est aussi de chercher par soi même avec les pistes qu’on nous a données. J’ai creusé un peu du côté des métiers d’employé polyvalent ou employé au courrier, pour rechercher les diplômes pouvant me donner un peu plus de légitimité, mais hélas, ils demandent tous une reprise d’études de minimum 2 ans. J’ai appelé une des écoles de la région parisienne proposant un DUT mais même avec ma licence et les équivalences, j’en ai pour au moins un an. Il n’y a pas de concours.

Un peu dépitée, je suis allée chercher du côté des concours de la fonction publique. La fonction publique, c’est un peu la solution miracle de tous ceux qui veulent fourrer leur nez dans mes affaires de recherche d’emploi : « mais pourquoi tu ne passes pas un concours ? ». Oui enfin on ne passe pas non plus un concours comme on va acheter des œufs au supermarché. La dame m’a dit qu’avec mon niveau littéraire je peux en passer certains les doigts dans le nez, mais je n’en vois pas l’intérêt, autant passer un concours qui soit de mon niveau. Mais d’un autre côté, qui dit gros concours dit poste à responsabilités, or moi je veux juste un petit boulot tranquille dans mon coin. En regardant les expériences des autres j’ai l’impression qu’on nous fout plus la paix quand on est pas qualifié. J’ai pas envie de monter haut pour avoir un roquet sur le dos.

Il existe plusieurs catégories de concours : administration, animation/éducation, médico-social, etc. C’est dans l’administration que j’ai été regarder car je pense que c’est ce qui me correspond le mieux. Je ne veux pas travailler dans le social, je n’aime pas les enfants et je pense que tout ce qui est technique n’est pas pour moi.

Et encore, même là, il y a trois types de concours : ceux de niveau CAP/BEP, ceux de niveau BAC, et ceux de niveau BAC+3. L’idéal serait que j’aille regarder dans les BAC+3 car c’est de mon niveau mais la plupart ne m’intéressent pas, ou alors me dirigeraient vers des postes à responsabilités. Cependant le concours de bibliothécaire d’état, auquel j’avais déjà songé par le passé, continue de me faire de l’œil. Celui de rédacteur des compte-rendus de l’Assemblée Nationale à l’air intéressant aussi mais j’ai peur de vite me lasser ou d’être dégoûtée du comportement des gens qui y travaillent.

Dans les concours de niveau CAP/BEP, celui de secrétaire de direction me tenterait bien mais je suppose que c’est comme tous les métiers de secrétariat : complètement bouché.

Parmi les concours de niveau BAC, celui qui me tente bien, c’est celui de rédacteur territorial. Il semblerait qu’il donne accès à des métiers variés et plutôt dans mes cordes. Et puis dans rédacteur il y a rédaction et là on touche à mon domaine. Qui plus est je vois que des postes sont régulièrement ouverts. Si je me donne à fond et que je me classe bien, je pourrais peut-être décrocher un poste ! Le concours de secrétaire de documentation m’a l’air également plaisant.

Cependant, la majorité des sites parlant des concours de la fonction publique donnent leurs informations au compte-gouttes, faisant payer le reste, du coup cela m’oblige à lire des témoignages privés ou à recoller les morceaux trouvés par-ci par-là. J’ai en tous cas noté les noms des concours et je demanderai des précisions à la prestataire, car il est possible que je me trompe sur l’idée que je me fais d’eux.

Et ensuite, il faudra que je trouve le moyen de les préparer sans me ruiner. Je ne sais pas si on peut passer plusieurs concours, par exemple celui de bibliothécaire d’état pour le plaisir (je doute qu’il y ait énormément de débouchés) et un autre qui recrute plus en attendant de pouvoir valider le premier. Si j’ai bien compris, on valide les concours obtenus par des stages d’une certaine durée. Si on ne trouve pas de stage, c’est comme si on avait rien passé. Par contre je n’ai rien trouvé sur la rémunération et je ne sais pas si on est payé normalement ou avec les cacahuètes du stagiaire classique.

Bref, c’est à ma prochaine séance que je pourrai répondre à toutes mes interrogations !

(Et pour ceux qui se poseraient la question vis à vis de mon précédent article, non, toujours rien venant de la plate-forme)

Publicités

8 réflexions sur “CAP Emploi : premier entretien individuel

  1. J’ai l’impression qu’on a une tendance à vite parler du Syndrome d’Asperger, ça permet de caser les gens dans les petits tiroirs comme on aime si bien le faire en France. Ca évite de devoir faire preuve d’originalité sur la manière d’aider la personne. Hop, t’es Asperger, voilà. Un peu comme un gosse un peu pas dans la normal à l’école est rapidement classé hyperactif de nos jours. Je lisais un article i y a peu sur la rapidité à sortir ces deux « maladie », comme si c’était le truc à avoir en ce moment. Si tu veux, quand je lis des articles sur Asperger, je me retrouve aussi dans pas mal d’aspect mais c’est un peu pareil quand je lis un article sur les enfants Indigo (bon là je vire dans un thème un peu particulier là ^^).

    Les concours de la FP c’est bien. Mais pour la territoriale c’est déjà une épreuve d’avoir le concours, mais faut trouver un emploi après pour ne pas perdre le bénéfice du concours. C’est peut être plus simple en RP, mais je pense que le soucis se pose malgré tout.

    Pour le tri du courrier, je sais qu’une personne qui avait fait la formation au Greta quasi en même temps que moi avait trouvé un emploi de ce genre à la CAF. Je sais pas si elle avait répondu à une offre ou si elle avait postulé spontanément.

    J'aime

    1. J’ai aussi cette impression. Si j’étais du genre complotiste, je dirais qu’on m’invente un syndrome pour me pousser chez le psy histoire que je dépense l’argent que je n’ai pas ou l’argent de la collectivité.
      Pour les concours je ne sais pas si c’est plus facile de trouver de quoi le valider en RP, surtout quand on sait que je n’ai pas l’intention d’y rester.

      J'aime

  2. J’ai bossé dans la FP (éducatif B+2/3) et c’est plutôt pas mal. C’est très procédurière et très très, hiérarchisé. Si tu as l’occasion de passer des concours et si tu veux un taffe tranquille c’est vraiment le bon plan surtout qu’ils proposent des trucs sympa, des horaires plutôt relaxe, c’est relativement bien payé, vacances, congé. Bref, pas le pire endroit du monde pour bosser quoi.

    Asperger sérieusement? Tu peux ne pas aimer bosser avec du public, y’a pleins de gens comme ça. Et je comprends, j’aime vraiment pas bosser en équipe. (trop de mauvaises expériences avec 99% des nanas avec qui j’ai pu bosser.) Comme tu peux te sentir mal à l’aise face à des gens, ‘fin y’a pleins de raison. C’est rude quand même de dire ça comme ça à quelqu’un. Surtout pour un entretient pôle emploi, le truc sans réel rapport qui l’a regarde pas vraiment (je trouve.) et puis tu jauge pas la santé mentale d’une personne comme ça…

    J'aime

    1. Je dois avouer que ça fait envie ce que tu décris, mais après, une fois le concours en poche il faut que je trouve le stage pour le valider. Donc rien n’est gagné.
      Après pour ce qui est d’Asperger, c’est un peu plus profond que ne pas aimer bosser en équipe ou avec le public, ça vient plus du fait que je supporte très mal, voir pas du tout les gens en soi. Mais je suis d’accord, on ne détecte pas ça pendant un entretien Pôle Emploi, même s’il est mené par une psychologue.
      Et puis même si j’étais Asperger, ça me ferait une belle jambe. Ils vont faire quoi, me déclarer inapte au travail et me condamner à vivre avec 300e par mois ? Waah.

      J'aime

  3. Pour le stage après ça dépends où tu habites mais je pense que c’est faisable, faut voir avec des gens qui bossent dans le domaine que tu choisiras (si tu choisis de passer un concours FP.)
    Ha oui, si tu aimes pas les gens c’est autre chose. Enfin ceci dit je peux comprendre..
    Psychologue ou pas, si la nana est psy’ du travail ça n’a strictement rien à voir avec les psy’ que tu peux voir en consulte ou médecin, c’est le genre de réflexion qui est totalement inapproprié et qui ne se fait mais pas du tout.
    Oui c’est sur. Et puis Asperger a pleins de degrés différents. Et même, je trouve que ça l’a concerne pas tellement. Enfin, je trouve ça un peu inadmissible ce genre de comportement.

    J'aime

  4. « Je ne suis pas dépressive, je suis cynique, pessimiste et misanthrope ». Et nous sommes attends du même mal ! Pôle Emploi serait-il à l’origine d’une nouvelle maladie ?

    J'aime

      1. Bien sûr que ce n’est pas une maladie, c’est du ras le bol. Un conseiller devrait être à l’écoute. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Pourtant c’est une compétence indispensable pour exercer ce métier.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s