On essaie d’avancer

Je me rends compte que cela fait un petit moment que je n’ai pas donné de nouvelles de ma situation. Il ne me reste plus qu’un rendez-vous CAP Emploi, est-ce que j’ai trouvé quelque chose ? Eh bien, non, en fait. Presque.

Mon homme avait enfin réussi à faire céder le directeur de son entreprise pour un tout petit contrat de remplacement (3 jours). Vous allez me dire, un tout petit contrat, ce n’est rien et ça met le boxon dans les allocs (non j’déconne j’en ai pas, haha). Oui, certes, mais si je donne satisfaction et que le directeur a cédé une fois, il n’aura plus aucune excuse pour ne pas me prendre par la suite. Je prouve ma compétence, et emballé c’est pesé. Être employée libre service n’a jamais été le rêve de ma vie, clairement pas, mais ça mettra du beurre dans les épinards en attendant de trouver le job qui me fera rêver. Enfin ça, c’était la théorie. La pratique, c’est que j’ai un corps de merde. J’ai déjà parlé de mes deux handicaps sur mon blog humeurs, ici et . Et évidemment, le jour où je décroche enfin quelque chose après des mois de galère… mon corps me fait le fameux coup du combo règles + surinfection. J’étais incapable de me lever, encore moins pour aller travailler, et encore moins pour un boulot physique comme celui d’ELS. Autrement dit, c’était mort. Le directeur cédait enfin mais mon corps a décidé de me mettre des bâtons dans les roues, et du coup, je suis vraiment définitivement grillée là-bas, parce qu’en plus d’avoir l’étiquette de « la copine de« , j’ai l’étiquette de « la fille pas fiable« . Dans un sens, ce n’est pas plus mal car ça m’a permis de réaliser que je ne pourrai jamais exercer un travail physique. Mon copain est super gentil d’insister auprès de sa boîte, mais il oublie que j’ai un corps fragile et maladif, que je ne peux pas trop forcer. En tant qu’employée libre service, je donnerai sûrement le change au début, mais serai incapable de bosser pendant mes règles ou si j’attrape une saloperie (les épidémies circulent assez facilement dans son taf). Je ne peux pas faire un travail comme ça, j’ai besoin de quelque chose de plus soft. Je ne sais pas trop comment en parler avec lui, car je passe un peu pour une looseuse là. Je sentais qu’il était tout aussi écœuré que moi que je tombe malade au mauvais moment, mais dans son attitude, quelque chose semblait dire « tu l’as fait exprès hein ?« . Je me suis sentie incapable, mais aussi rassurée. Je ne suis pas capable de faire ça, autant arrêter d’insister.

Je me suis inscrite sur des sites de rédacteurs en ligne, pour tenter de décrocher quelques petits contrats. Ce qui m’a sauté aux yeux, outre le fait que ce soit sous-payé (lol 2 euros les 1000 mots, rrrrou, rrrrrou), c’est qu’il y a juste une blinde pas possible de concurrence. Je reçois un mail pour me dire qu’une nouvelle offre est en ligne, j’ai à peine le temps de cliquer que déjà 20 personnes ont postulé. Et pas le petit bouseux du coin hein, c’est Jacqueline 12 ans d’expérience en tant que rédactrice web, qui connaît tous les standards de l’écriture web, qui est rapide et efficace et blabla. Je lutte comment, moi, contre Jacqueline 12 ans d’expérience ? Je n’ai rien pour me démarquer de mes concurrents. Bon, je tente, mais je n’ai jamais été retenue malgré une trentaine/cinquantaine (selon le site) de candidatures par site. Les offres s’arrachent, même les moins rentables. Du coup j’avoue que ça me fait doucement rigoler lorsqu’on me conseille de devenir rédactrice web. C’est pas via internet que j’y arriverai, sauf en bénévolat. Là en bénévolat on veut bien de moi, bizarrement. Je ne dois pas être si incompétente que cela.

chômage

Je me suis donc tournée vers les boulots saisonniers. A vrai dire, j’avais commencé en début d’année, mais j’avais mis la chose en pause lorsque j’ai commencé le CAP Emploi. Du coup, j’ai recommencé les candidatures mais de manière beaucoup plus sélective. Un boulot saisonnier, ça permet de se faire un peu d’expérience sans avoir les questions chiantes en entretien du genre « mais pourquoi voulez-vous faire ce métier alors que vous avez une licence ?« . Au moins là c’est saisonnier, le recruteur tout comme moi sait que c’est du provisoire et c’est tout. J’ai été assez surprise de l’expérience pro demandée pour des boulots provisoires et précaires. J’ai vu du 3 ans d’expérience exigée pour être caissière. Du 2 ans pour bosser dans un food truck. Du 5 ans exigé pour aider dans l’administration. J’ai postulé quand même, mais j’étais assez sidérée du culot des recruteurs. On parle d’un taf précaire, souvent réservé aux étudiants, payé le SMIC et pas en 35h, et on demande une xp pro de fou. C’est là qu’on se rend compte que les pré-requis des candidatures deviennent vraiment n’importe quoi. 3 ans d’expérience pour un métier qui s’apprend en deux heures grand max. NA-WAK.

Comme j’habite tout près du château de Monte-Cristo et du Château-Vieux devenu musée, j’ai tenté ma chance pour être guide. Certes, il y a du contact avec la clientèle, mais c’est une clientèle tout aussi passionnée d’Histoire que moi, ce qui est quand même relativement différent de la clientèle exécrable de la grande distribution. J’ai aussi tenté ma chance au Château de Versailles, plus loin mais accessible en ligne directe par un bus dont l’arrêt est à deux minutes de chez moi. Aucune réponse de leur part, je m’y attendais mais bon ça fait mal au cœur de me dire que je ne suis pas acceptée non plus pour des boulots qui me plairaient. Même en tant que caissière au magasin de souvenirs, ça reste, de mon point de vue, plus gratifiant que de passer des conserves à la chaîne. Mais là aussi c’est non. Enfin ce n’est pas non, c’est un silence qui veut dire non, ce qui est pire en soi.

Du coup, je ne sais plus trop quoi tenter. Je n’ai de réponse ni pour le saisonnier, ni pour les CDD/CDI. C’est exaspérant, car je m’ennuie de plus en plus et j’ai vraiment envie de sortir de cette routine de chômeuse. J’ai envie de me lever le matin en me disant « je gagne ma vie » et non en me disant « bon, qu’est-ce que je vais faire de cette foutue journée ?« . Cependant, je suis bloquée par des exigences de plus en plus hallucinantes. J’ai envie de dire, de quel droit demande-t-on de l’expérience pour un 15h en tant qu’équipier, franchement ? C’est sous-payé, le nombre d’heures est à peine suffisant pour se faire de l’argent de poche, et en plus faut avoir de l’expérience ! Le mouton à 5 pattes. C’est pénible. J’aimerais vraiment que les gens se décident à mettre un gros coup de pied dans la fourmilière, mais ils préfèrent tenter de devenir ce mouton plutôt que de dénoncer ces pratiques. Et les hommes politiques préfèrent stigmatiser les chômeurs plutôt que de regarder vers les exigences folles des recruteurs. Ce n’est pas étonnant que certaines offres ne soient pas pourvues ! Déjà parce qu’il n’est pas possible de répondre à des exigences incohérentes (qui a 10 ans d’expérience en sortant de l’école ?), mais aussi parce que quand on a 10 ans d’expérience, on a envie d’être payé à sa juste valeur, et non avec les cacahuètes que l’on daigne nous jeter.

Je suis aussi allée voir en mairie. J’y avais déjà déposé mon CV il y a un an, sans retour, mais le service n’était pas très opérationnel alors que là, il l’était. J’ai donc pris rendez-vous avec une conseillère. On fait mon profil, et là elle me propose… des ateliers d’animation dans des écoles. A moi qui suis incapable de supporter les enfants. Alors que je lui avais dit. La femme me sort alors d’un air pincé que je suis difficile. A quoi bon faire mon profil si c’est pour me proposer quelque chose qui ne me convient pas, pour ensuite me dire que je fais des chichis ? Me laisser avec des enfants est dangereux, parce qu’ils m’énervent et me rendent violente. S’ils m’énervent trop je pourrais les frapper. Alors autant éviter cela et ne pas me faire bosser auprès d’eux, ça règle le problème. Au moins ça évite les accidents. Mais madame m’a cataloguée exigeante et n’a pas voulu me proposer autre chose. Tant pis, je ne compterai pas sur la mairie.

Mes journées se ressemblent beaucoup trop. Je me lève en même temps que mon conjoint, le matin vers 4h30 (sauf cette semaine qui était une semaine de congé pour lui). Je m’occupe du chat, puis me pose devant l’ordi. Les premières offres n’arrivent pas aussi tôt, mais il arrive que certaines se soient ajoutées dans la nuit, donc j’en profite. Je râle sur le fait qu’il n’y ait rien d’intéressant puis je me mets à autre chose. Je prépare des articles, en lis d’autres, bosse un peu sur mon livre en relançant les amis censés faire la relecture et en modifiant certains points, éternelle insatisfaite que je suis. J’active Thunderbird pour recevoir les mails d’offres en direct, râle sur les alertes Pôle Emploi qui me font espérer pour rien : 15 nouvelles offres, chouette ! En fait non, c’est 15 fois la même offre, pour 15 patelins différents. Je râle aussi sur la recherche par code ROME : j’ai une alerte d’employée au courrier, mais reçois des offres pour être factrice ou distributrice de journaux… et pour les rares offres d’employée au courrier qui se glissent dans le lot, faut 3 ans d’expérience et le permis B. Fuck off.

L’après-midi, mon homme revient du boulot et me demande ce que j’ai fait. Rien d’intéressant, comme d’habitude. Lui me fait enrager avec une énième histoire de nouveau collègue arrivé via la plate-forme, incompétent à en crever, mais protégé. Il n’y a pas si longtemps, il me parlait d’un type dont la mère est au siège, qui n’est pas venu travailler pendant une semaine. Quand il est revenu, son excuse c’était « Je n’avais pas envie de bosser« . Et il est intouchable car maman est au siège. Ça me donne envie de vomir. Le pire c’est qu’il n’est pas seul, il y en a des tonnes, des gens comme ça, qui ont un boulot qu’ils ne méritent pas alors que des gens motivés sont au chômage. Je commence à recevoir les offres de l’après-midi, que je regarde avec lui, sans grande conviction. On rigole jaune des annonces truffées de fautes, en se disant que des gens qui ne savent même pas écrire correctement ont un travail. On s’esclaffe devant les entreprises qui ne se prennent pas pour de la merde. On tente de dédramatiser et on va jouer ensemble à autre chose, pour se changer les idées.

Le soir, je reçois mon fameux mail d’offres Société Générale. Ils m’ont répondu une fois, mais c’était un entretien téléphonique. Bosser dans une banque me brancherait bien, au niveau du service courrier, mais comme j’expliquais dans un autre article, je suis nulle au téléphone. Je n’aime pas parler et je n’ai pas de conversation. Du coup je n’ai absolument pas convaincu la personne que j’ai eue et depuis, la Société Générale ne m’a plus jamais répondu. J’aurais peut-être pu la convaincre face-à-face mais il fallait passer le barrage du téléphone… maintenant quand je vois des offres pour bosser dans une banque, il faut un diplôme dans le domaine bancaire, même pour les postes les moins qualifiés. Rageant. Employé au courrier, c’est un poste que mon ex a occupé sans problème à 18 ans, en bossant plus vite que les gonzesses qui étaient là en CDI. Pourquoi n’en serais-je pas capable à 25 ?

Je tente de sortir la tête hors de l’eau au niveau de ma recherche d’emploi, et mes obstacles sont tellement connus, tellement bateau, que je me demande pourquoi ils existent encore. Je me souviens d’une affiche que j’avais vue sur la devanture d’une boîte d’intérim, avec une poule, qui disait « Comment avoir de l’expérience professionnelle si personne ne vous donne la première ? ». Le pire c’est qu’à côté de cette affiche, la boîte d’intérim affichait des offres d’emploi avec expérience exigée. Et ça illustre toute l’affaire. Les gens sont conscients du problème et n’en ont rien à cirer. Sachant que de mon côté, le problème du handicap s’ajoute au problème du chômage des jeunes, je me demande si un jour je décrocherai quelque chose. Pourtant je suis certaine que je peux être compétente. Mais personne ne veut me laisser ma chance. C’est tellement blasant !

emploi-avenir2[2]

Publicités

3 réflexions sur “On essaie d’avancer

  1. « J’ai été assez surprise de l’expérience pro demandée pour des boulots provisoires et précaires. » Ca t’étonne? Moi plus. Pour le moindre contrat il faut de l’expérience et même lorsque l’annonce affiche « débutant accepté », en entretien on te fait comprendre qu’avoir une personne expérimentée serait mieux.

    Pour la recherche sur employé de courrier, le code ROME étant le même que celui pour facteur et autres (la liste contient des métiers assez variés), le logiciel de PE se fait pas chier, il envoie ce qui correspond au code ROME.

    J’ai le même soucis que toi, sauf que j’ai quasi 10 ans de plus maintenant. Mais à ton age, pareil avec en plus le soucis du diplome, que je n’avais pas (et de la bagnole, ici c’est indispensable). Ca donne que 10 ans plus tard, c’est la même rengaine : « vous n’avez pas d’expérience pro Madame (grrrrr), mais c’est super d’avoir repris vos études! »

    J'aime

    1. En fait, ça ne m’étonne plus, mais je reste parfois coite quand je vois que tant de culot ne fait réagir personne. Je confirme pour le « débutant accepté » vu le nombre de fois où on m’a balancé en entretien que quelqu’un d’expérience, c’est mieux. Bah mettez pas « débutant accepté » alors vu que vous faites de la discrimination. La discrimination à l’expérience, tiens, ça devrait être interdit par la loi 😥

      J'aime

  2. Je suis tombée sur ton blog par hasard et je comprends ta frustration et tes interrogations car je ressens la même chose. Je crois que le marché de l’emploi est tellement concurrentiel que les recruteurs en profitent. Mais l’humain??? Maintenant, je suis arrivée à un tel point de saturation que je ne me laisse pas faire en entretien (on m’a convoqué en entretien parce que mon cv était intéressant mais ils savaient dès le départ qu’on ne me prendrait pas car je ne correspondait pas au profil. Mais c’était au cas où…). Chômeur = corvéable. Et l’entourage est facilement moralisateur donc il peut être difficile d’avoir du soutien de ce côté-là…ce qui rend les choses plus difficiles à vivre.

    Azenor B. Le blog d’Azenor

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s