En quoi est-ce une honte d’être allocataire ?

pauvreté

Il y a quelques jours, mon copain me racontait qu’à son boulot, ses collègues avaient vu un reportage sur la CAF et les allocataires, montrant une femme parlant à peine français réclamer un supplément d’allocations, car elle n’avait plus rien en milieu de mois malgré une somme assez rondelette. Lorsque le conseiller de la CAF lui a demandé comment est-ce-qu’elle pouvait être à court si tôt dans le mois, elle a répondu que c’était parce qu’elle avait acheté un écran plat et un smartphone. Le conseiller lui a répondu que les allocations servaient à vivre, et non pas à se payer des objets de luxe, mais à force de criser dans l’agence, la femme a fini par repartir avec 1200 euros supplémentaires. Évidemment, au boulot, tout le monde râlait contre ces « allocataires parasites fainéants qui bossent pas », sans songer une seconde que le cas présenté à la télé ne compte pas pour une majorité.

Je n’ai pas de télévision (quel intérêt quand on a internet ?) mais quand je vois qu’on y présente ce genre de cas comme une généralité, je comprends pourquoi les français sont si haineux des gens qui touchent des allocations. Mais le souci, c’est que des gens qui n’abusent pas du tout se retrouvent en victimes collatérales de ces médias de parti pris et s’en prennent plein la tronche alors qu’ils n’ont rien à se reprocher. Sans compter que les français se contredisent beaucoup concernant notre système social.

Je remarque souvent à quel point les gens ne réalisent pas la portée de leurs paroles et de leur façon de penser.

Par exemple, la grande majorité des gens trouve merveilleux le fait que l’on puisse sauver un enfant handicapé au lieu de le laisser mourir. Indirectement, ils sont pour l’acharnement thérapeutique, afin de laisser vivre des enfants non viables (on ne va pas pratiquer la langue de bois hein), parfois très lourdement handicapés, car « ça leur laisse une chance ». Sauf que ce genre d’enfants, vous pensez vraiment qu’avec un handicap si lourd, ils vont mener une vie normale ? Non. Ils seront handicapés, auront besoin de soins, et parmi eux, certains ne pourront jamais travailler et seront à charge toute leur vie. Et pas seulement à charge de leur famille. Ils seront aussi à charge du brave travailleur dont le salaire est écrasé de taxes (Breaking News, tous les handicapés ne naissent pas dans des familles aisées !). Et là, bizarrement, ce fameux travailleur qui s’extasiait du miracle de la vie se met à râler en voyant à quel point ce « foutu handicapé parasite qui foutra jamais rien de sa vie » coûte cher à la société. Et trouve scandaleux que lui-même ou sa famille puisse réclamer de l’argent supplémentaire pour vivre, sans se rendre compte à quel point un handicap peut-être coûteux, qu’il s’agisse de frais directs ou indirects.

Je prends l’exemple de mon propre handicap, dont je parlais sur mon blog humeurs ici : Il y a les frais médicaux bien sûr, avec les différents spécialistes, et les médicaments qui vont avec. Ce sont les frais directs. Mais il y a aussi les frais indirects. Par exemple, les mouchoirs : je consomme plus d’une centaine de boîtes/paquets par mois car je me mouche énormément puisque je n’évacue rien. On va dire, grosso-modo, 80 boîtes de marque « bien vu » (c’est la moins chère dans mon magasin de proximité, je suis pas folle non plus, je vais pas prendre du Lotus) à 0.54 euros ( = 43.20 euros) et 20 étuis à 0.65 euros ( = 13 euros). Rien qu’en mouchoirs je dépasse la cinquantaine d’euros de frais non remboursés, totalement à ma charge. Parmi les frais à ma charge, on retrouve aussi des médicaments du genre Vics Vaporub, qui m’aident bien à respirer (oui, malgré tous les mouchoirs, je reste parfois encombrée -_- ), ou du doliprane car le fait d’avoir sans arrêt les sinus encombrés provoquent grosse migraine sur grosse migraine, sans que les remèdes de grand-mère y fassent quoi que ce soit. Les dépassements d’honoraires de mon médecin traitant (que je ne peux pas changer, car les autres n’acceptent pas de nouveaux patients) ne sont pas remboursés non plus, et la plupart des médicaments prescrits ne sont pas remboursés non plus, bien que je sois en ALD. Et ça, c’est si je ne tombe pas malade à côté de ma maladie de base. Ce qui est rarement le cas. J’atteins donc très rapidement le montant de mon allocation adulte handicapé, sachant que son montant est calculé en fonction des revenus de mon conjoint, et comme il gagne le smic, je touche au total ~ 300 euros par mois (et encore moins s’il a le malheur de toucher une prime. Une fois il a touché une prime de 100 euros sur un mois, donc la CAF m’a enlevé 200 euros par mois sur mon allocation pendant un trimestre. Nique la logique). D’ailleurs bizarrement, ses revenus sont pris en compte pour le calcul de mon allocation, mais le fait que je sois à sa charge n’est pas du tout pris en compte pour les impôts, donc nous l’avons doublement dans le cul.

Donc oui, très chers travailleurs, il est légitime que parfois une personne demande un supplément d’allocations. Tout simplement parce qu’il arrive que ce ne soit pas suffisant pour vivre. D’autant plus que mon AAH est aussi censée compenser le fait que mon handicap réduit mes chances de trouver un emploi. Sachant qu’elle couvre à peine mes frais médicaux, elle ne compense absolument pas le manque d’emploi. Et encore, dans mon cas je ne demande rien, mais je pourrais :/

J’ai aussi lu que c’était scandaleux qu’une personne considère une allocation comme acquise. Pour ma part, en tant que personne handicapée, je n’ai pas honte de dire que je trouve légitime de toucher une pension à ce propos. Je n’ai jamais demandé à ce qu’on s’acharne sur moi à ma naissance, même ma mère était contre, et pourtant, le corps médical l’a fait. De plus, les français sont, dans l’ensemble, pour l’acharnement thérapeutique car ils ne se rendent pas compte des conséquences parfois lourdes du handicap sur la vie d’une personne et de sa famille, juste pour une raison niaise comme quoi la vie est plus précieuse que tout. Non, la vie n’est pas plus précieuse que tout, pas cette vie là. Je n’exagère pas du tout lorsque je dis que si je pouvais remonter dans le temps, j’irais dire aux médecins « Ça suffit maintenant, débranchez-moi, je ne veux pas de cette vie ». Ce que je trouve scandaleux, c’est que l’on s’acharne sur une personne pour qu’elle vive avec son handicap et qu’ensuite on la laisse tomber parce que « oh maintenant qu’il faut payer, démerde toi ». Non, non. Les gens doivent assumer jusqu’au bout cette mentalité de « vivre à tout prix ». L’État comme les autres. Oui le clampin lambda n’y est pour rien mais c’est ainsi. Parce qu’au fond le clampin lambda, il trouverait horrible qu’on euthanasie/laisse mourir les handicapés. Je suis sûre qu’il atteindrait rapidement le point Godwin en faisant le rapprochement avec un certain dictateur moustachu qui l’a fait.

Il y a aussi le problème du chômage. Quand on a le malheur de se retrouver en recherche d’emploi, on nous fait doublement culpabiliser : parce qu’on a pas d’emploi et que les gens semblent penser que la France propose le plein emploi (donc que si on a rien, c’est qu’on le veut bien)(vous rigolez mais j’ai trouvé un graphique qui disait que 54% des français pensent que si un chômeur veut trouver un emploi, il le peut. Mais dans quel monde vivent les gens ?), mais aussi parce qu’on peut toucher une allocation (RSA, allocation chômage, etc. Je ne connais pas grand chose à ce niveau car je n’ai droit à rien, trop jeune et je n’ai pas assez bossé). C’est donc doublement scandaleux car on ose ne rien foutre (lol) en vivant aux frais des autres. Et évidemment, comme les médias présentent les chômeurs comme de gros parasites ne fichant rien de leur vie et ne cherchant rien, cette idée reçue colle à la peau des gens et on se retrouve avec des français n’ayant aucun sens des priorités, préférant taper sur les chômeurs plutôt que sur ceux qui pratiquent une évasion fiscale à grande échelle, ou sur les patrons qui n’embauchent plus si ce n’est pas en contrat aidé (afin de toucher un max d’allocations sur le dos d’une pauvre personne qui se fera pressurer jusqu’à ce qu’elle ne rapporte plus aucune alloc, puis se fera jeter pour prendre un nouveau contrat aidé. Charming, isn’t it ?).

On considère les chômeurs comme des assistés alors qu’on ne dit rien à toutes ces entreprises qui profitent à fond des contrats aidés. Je n’ai rien contre les contrats aidés, mais s’ils bénéficient à des petites entreprises qui peinent à tourner et qui ne peuvent pas forcément payer un salarié plein pot malgré leurs besoins (je pense aux librairies, aux petits commerçants par exemple). Or ce sont les grosses entreprises type grande distribution qui profitent à fond de ces contrats et qui abusent du système d’apprentissage (je vois plus d’offres pour être apprentie caissière, des contrats du genre deux ans en apprentissage pour un métier alimentaire basique, que des offres pour être caissière en CDD ou CDI normal). Mais eux, on ne leur dit rien, alors qu’ils ne créent même pas d’emplois sur le long terme puisqu’ils jettent leurs salariés lorsqu’ils ne rapportent plus d’aides. Ça créée juste de la précarité supplémentaire.

J’ai du mal à comprendre comment est-ce qu’on peut s’acharner ainsi sur des particuliers qui touchent une allocation alors que, déjà, tous ne sont pas fraudeurs, et qu’ensuite, la fraude aux prestations sociales est loin de représenter le plus gros pourcentage des fraudes totales. Sans doute parce qu’il est plus facile de taper sur les plus faibles car ils sont plus accessibles. Mais par pitié, cessez de vous faire berner.

fraudes socialesL’image vient de cet article qu’il est préférable de consulter pour comprendre

Toucher une allocation, ça signifie être en difficulté, ça signifie avoir besoin d’aide. J’ai du mal à comprendre tous ces gens qui se plaignent que le monde n’est pas assez solidaire, que les gens sont de plus en plus égocentriques, alors que si on leur laissait le choix, ils stopperaient tout prélèvement social sur leur salaire et laisseraient les autres crever dans leur merde.

Nous avons la chance de vivre dans un pays où on aide les gens en difficulté, mais on culpabilise les gens qui se font aider, on les insulte. Les gens cherchent des coupables à la crise au point de s’en prendre même aux personnes âgées ! J’ai récemment vu une femme politique proposer de faire travailler les vieux qui touchent une pension retraite pour « la mériter ». What the fuck ? On ne laisse même plus se reposer des gens qui ont travaillé toute leur vie ? On en est rendus là ? On doit « mériter » de se faire aider ? Parce que certains abusent, tout le monde doit payer ? C’est du même niveau que les punitions collectives à l’école où toute une classe se faisait punir à cause d’un seul couillon.

Non, toucher une allocation n’est pas une honte. Être en difficulté peut arriver à tout le monde, surtout dans un contexte pareil. Toucher quelque chose ne signifie pas parasiter et tous les allocataires ne sont pas des profiteurs à dents longues qui passent leurs journées vautrés devant la télé. Non, le plein emploi n’existe pas. Je trouve ça normal d’aider ceux qui en ont besoin et lorsque je travaillerai je serai contente de contribuer à aider. Juste retour des choses. Les richesses ne sont pas faites pour être concentrées dans une seule main. Pourquoi devrait-on se cacher d’un côté, et harceler les bénéficiaires de l’autre ?

C’est d’autant plus hypocrite que la majorité d’entre nous a bénéficié d’une allocation un jour ou l’autre, qu’il s’agisse d’une bourse d’études ou d’une APL. Et il peut arriver à bon nombre d’entre nous de se retrouver au chômage du jour au lendemain, et toucher le chômage permet de ne pas se retrouver dans la mouise la plus totale le temps de se relever. Quel est le problème alors ?

Ce n’est pas parce que les médias cherchent à détourner l’attention des français pour qu’ils ne regardent pas vers les véritables fraudeurs et parasites en col blanc (faut pas être méchante il paraît) que les français sont cons et vont gober ce qu’on leur sert. N’est-ce-pas ?

chiffres évasion fiscale

Sources & Articles à consulter :

Les idées fausses, ça suffit !

La fraude sociale sur la balance

Stop à l’évasion fiscale

 Chiffres fraude fiscale en France

Publicités

2 réflexions sur “En quoi est-ce une honte d’être allocataire ?

  1. Au boulot de ma mère (cette magnifique entreprise nationale qui n’abuse nullement du CICE), ils se lancent dans les contrats d’insertion, à mon avis l’alternance ne leur suffisait plus pour entuber les gens. Bref, laissons l’entreprise pour ce qu’elle est.
    Au terme « contrat d’insertion », ses collègues se sont vu avec pour collègue un ancien prisonnier à peine fréquentable. Sérieux? Les gens s’informent ils parfois? T’as un pauvre type qui trouve pas de boulot, qui a surement été honnête toute sa vie, qui parce qu’il trouve pas de boulot et bénéficie d’un contrat IAE (insertion par l’activité économique) est un supposé ex-taulard avant d’avoir même commencé son contrat. Après je sais pas moi, peut être qu’ila fait de la prison, peut être pas. Mais le contrat dont il bénéficie n’implique pas de fait que ce soit un ancien délinquant en réinsertion.

    C’est comme ça, les gens sont plein de préjugés. Tu touches une allocation, tu es fraudeur. T’as pas un bon rendement au taf, t’es un glandeur, t’es handicapé, c’est excuse pour pas bosser, … Bref, le français trouve tout le mon minable sauf lui même.

    J'aime

  2. Ils ne savent que présenter ce genre de personnes à la télé et d’ailleurs c’est une honte d’aller montrer la femme qui chiale comme un bébé pour avoir du pognon alors qu’elle n’a qu’à se lever le matin pour aller bosser ! Elle gagne et a un meilleur rythme de vie que des gens qui vont bosser.
    Et après on s’étonne que les gens restent chez eux !

    Quand je vois mes voisins, personne ne bosse. Ca fait la java plusieurs fois par semaine/week-end, ça enquiquine tout le monde. Ca réveille en pleine nuit ceux qui vont se lever pour cotiser et payer ces gens.

    Je parle bien sur des parasites avérés de la société. Ceux qui pourraient mais ne font pas pck on gagne mieux à la maison. Ca me met hors de moi. J’en ai marre de donner du pognon à l’état pour ces gens là.

    Bien sur il y a de vrais cas sociaux, de vrais personnes dans le besoin notamment parce qu’en situation d’handicap. Mais même ces gens là arrivent à se bouger plus que les assistés de la société. Et ça ira de pire en pire. Ca me débecte !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s