C’est l’histoire d’une chômeuse qui ne croyait pas au Père Noël…

père Noël

Il y a quelques jours avec mon homme, nous discutions d’un type d’annonce qui m’énerve particulièrement, à savoir les annonces blindées de fautes d’orthographe.

Je n’arrive pas à trouver d’excuses aux employeurs qui publient ce genre d’annonces (ni même aux sites qui les relaient sans relire), pour moi c’est soit de l’irrespect car on ne prend même pas la peine de relire l’annonce pour la rendre présentable, soit injuste car des gens qui ne savent même pas aligner deux mots sans faute ont un boulot et pas moi, soit ça en dit long sur le sérieux de l’entreprise qui n’est même pas fichue de passer une annonce correcte. Je veux dire, une petite faute dans toute l’annonce, ça la fout mal mais à la rigueur ça passe,  mais là, je parle surtout des annonces avec 18 fautes par mot qui parfois me mettent le doute sur la langue employée, car à mes yeux, ce n’est pas du français.

Bref, je disais donc à mon homme que parfois, quand j’étais motivée, je prenais le temps de répondre à ces annonces pour corriger toutes les fautes et leur expliquer que c’est bien mignon d’exiger 15 ans d’expérience et une présentation impeccable, mais que parfois, balayer devant sa porte avant c’est pas plus mal non plus. Et voilà qu’il m’engueule en me disant que je devrais le faire à chaque fois, parce que peut-être qu’un jour je tomberai sur un employeur qui appréciera mon audace et me fera signer un contrat sur le champ. Mais bien sûr. J’ai protesté en lui disant qu’on est pas dans un film de série B mais dans la vraie vie, sauf qu’il n’a rien voulu entendre et m’a répliqué que ce n’était pas étonnant que je ne trouve pas d’emploi si je n’ose pas faire une chose aussi simple. J’ai fini par le laisser marmonner, sidérée de voir qu’en 2015 il y a encore des gens qui confondent fiction et réalité.

Ce genre d’histoire, avec des gens audacieux qui finissent par trouver le job de leurs rêves en provoquant l’entreprise, je les lis sur des sites à la noix comme Démotivateur, qui nous en abreuve sans jamais citer ses sources, ou dans les films à la télévision. Mais dans la vraie vie… combien reçoivent ne serait-ce qu’une réponse après un coup d’éclat du genre ? Un entretien ? Une embauche ? Pour un péon qui parvient à ses fins, combien ne se prennent que des vents ?

Je suis vraiment sur le cul de voir que des gens croient encore au Père Noël. Le pire, c’est qu’il insiste, en me disant « il faut tenter », sans se rendre compte que j’ai déjà tenté. Je suis tellement désespérée à ce niveau que j’ai déjà essayé de provoquer la chance, d’aborder mes entretiens (quand j’ai la chance d’en décrocher un) de toutes les manières possibles, de faire des lettres de motivation percutantes, audacieuses, etc, etc, sauf qu’au bout d’un moment tu finis par ouvrir les yeux et remarquer que dans un monde où les employés se jettent comme des kleenex croire au miracle est une souffrance inutile.

En fait, nous sommes dans un monde où trouver un emploi est tellement difficile qu’on en est réduits à se faire engueuler quand on ne croit plus aux miracles.

Publicités

3 réflexions sur “C’est l’histoire d’une chômeuse qui ne croyait pas au Père Noël…

  1. Tu me diras rien ne t’empêche de faire un mail de correction en précisant bien que respecter les chômeurs serait un minimum mais je doute aussi de la belle happy end de ce genre de truc. Tout au plus tu auras un « Merci » et encore…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s