Des projets pour 2016

2016

Lorsque ma conseillère Pôle Emploi m’a envoyé une convocation pour un entretien en janvier, je me suis rendue compte que 2016 serait une année charnière pour moi.  Je n’ai pas l’intention de la laisser passer comme 2015, qui est passée tellement vite que je me demande quand est-ce que j’ai lâché prise exactement. Je n’ai jamais aussi peu postulé, je ne me suis jamais sentie aussi indignée, aussi révoltée contre ce qu’est le marché du travail actuellement.

Si ça ne tenait qu’à moi, je créerais ma propre entreprise ou alors je m’éloignerais de cette antre de la folie le plus vite possible, mais manque de chance, il faut bien gagner sa vie et je suis bien obligée de m’intégrer dans ce monde qui me débecte.

Déjà, en Février, j’ai mon concours écrit. Le pire, c’est que je n’ai toujours pas la date exacte. Les types prennent un malin plaisir à m’envoyer des tonnes de demandes de documents, un chèque pour les « frais de dossier » (qu’ils ont encaissé d’ailleurs), mais pour m’envoyer une convocation avec la date et l’adresse c’est trop demander. Le pire, c’est que je leur ai déjà envoyé les papiers qu’ils demandent, en cinq exemplaires comme demandé dans le mail, mais apparemment il ne fallait pas l’envoyer là. Ben pourquoi envoyer un mail alors ? J’ai une impression de désorganisation assez hallucinante et ça ne m’inspire vraiment pas confiance. Quand j’en parle, on me répond « c’est la fonction publique, une bande de branlos, cherche pas plus loin » sauf que si je dois y travailler un jour, il faut bien que je sache dans quoi je mets les pieds !

Je n’ai vraiment pas eu de bons échos de ce type de concours, on m’a dit que la réussite tenait beaucoup au copinage (manque de bol, j’ai pas de copains), aux relations, plus qu’aux résultats. Je n’ai pas envie de croire ces rumeurs à 100% (sinon autant demander à ce qu’on me renvoie mon chèque et j’annule tout), mais je sais qu’il y a de la corruption dans la fonction publique, le nier ne sert à rien.  Il y en a partout.

Après, j’ai envie de dire, si je me fais recaler à cause d’une histoire de copinage/corruption, j’aurai grand plaisir à en parler ici, même si au fond ça ne changera rien. Mais je serai assez frustrée d’avoir dû payer alors que je n’avais aucune chance dès le début. Vous imaginez ? Acheter un livre pour la préparation du concours, envoyer un chèque pour les frais de dossier, devoir racheter de l’encre pour l’imprimante parce que les mecs ne sont pas foutus de se contenter d’une seule copie, alors qu’à la finale, les noms des admis sont choisis dès le début, ça la fout mal !

Toujours est-il que si je me fais recaler au concours, il me faudra une solution de rechange. Et si je ne suis absolument pas enthousiaste à l’idée, la reprise d’études reste la meilleure solution. Une licence générale de langues ne mène à rien, il me faut une nouvelle corde à mon arc et surtout de l’expérience professionnelle. J’aurais aimé qu’on me laisse ma chance en tant que rédactrice ou en tant que traductrice sans devoir repasser par la case école mais je n’ai plus le choix.

Je ne sais pas encore quel diplôme est-ce que je vais passer exactement, mon critère principal est l’alternance, car les études générales sont des nids à chômage. Il me faut de l’expérience professionnelle pour pouvoir être en mesure de répondre aux offres « 30 ans d’expérience professionnelle exigée pour un jeune de 20 ans ». Après je regarde les débouchés, il faut savoir lire entre les lignes, parce que quand je regarde les BTS MUC dans l’entreprise de mon homme, ça fait peur. Ils sont pris pour avoir des larbins pas cher le temps de leur alternance, ils n’apprennent absolument pas le rôle de chef de secteur, et une fois sur le monde du travail, on leur rit au nez en leur disant qu’ils commenceront en bas de l’échelle comme tout le monde. Je ne veux pas faire d’études inutiles ni servir d’esclave. Je veux être dans un domaine où j’apprendrai quelque chose lors de mon alternance.

J’ai songé au BTS CGO mais le souci, c’est que je ne suis pas à l’aise avec les chiffres. Est-ce vraiment une bonne idée de s’orienter dans un domaine qui jongle avec au quotidien ? Je ne me suis pas fixée pour le moment mais je pense que si je rate mon concours c’est un passage obligé. Je ne me vois pas continuer comme actuellement, à postuler dans le vent, me prendre la tête avec mes conseillers Pôle Emploi qui passent leur temps à vouloir m’imposer des voies qui ne me conviennent pas, des stages useless (et surtout non payés), et à me menacer (dans le vent, car j’en ai rien à cirer, j’ai encore cette chance, de pouvoir les envoyer chier).

J’ai encore du temps devant moi pour me décider (je ne suis plus à ça près j’imagine) mais j’aimerais autant m’y prendre le plus tôt possible.

Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Déjà, le concours. Ensuite on verra. Dans tous les cas je n’ai pas besoin de cette conseillère Pôle Emploi qui me prend pour une abrutie et je me suis permise de lui demander d’annuler le rendez-vous. Je ne me vois pas dépenser 8 euros de transport pour me prendre de nouveau la tête et ressortir dégoûtée de la vie, d’autant plus que j’ai des projets qui ne l’impliquent pas et je préfèrerais d’ailleurs qu’elle ne s’en mêle pas.

Les conseillers Pôle Emploi ont toujours cette tendance à proposer des pseudo-solutions sans tenir compte de la situation de la personne. Par exemple la mienne m’a tannée avec la création d’entreprise, mais elle est mignonne, je le trouve où l’argent ? L’entrepôt pour stocker mes produits (non parce que dans mon appart’ on marche sur les cartons alors stocker chez moi c’est no way) ? La réserve pour payer tout ce qui est RSI et compagnie ? Comme si on pouvait créer une entreprise en claquant des doigts dans un pays comme la France qui étrangle ses entrepreneurs avant même qu’ils fassent des bénéfices…

Ou alors ils proposent des métiers qui demandent des qualités que le demandeur d’emploi n’a pas du tout mais ce n’est pas grave, ça le fait sortir des statistiques, alors allons-y ! Oui enfin moi si on me laisse un enfant plus de 5 minutes il finit écorché vif, et je n’ai pas la vocation pour m’occuper d’handicapés ou de personnes âgées. Et quand on force les gens à se diriger vers ce type de métiers alors qu’ils sont à des lieues d’avoir les qualités pour l’exercer, ça finit en scandales de maltraitance. Je me demande si les conseillers font exprès de ne pas réaliser ça, ou s’ils ont pour consigne de caser les demandeurs d’emploi à tout prix.

Sauf que non. L’emploi ne se fait pas à tout prix, c’est un coup à subir une hausse encore plus faramineuse de burn-out.

J’ai l’impression de me répéter à chaque article en ce moment, mais ça tourne en rond. Les problèmes du monde du travail sont évident, sont connus, sont reconnus, mais rien n’est fait. Il y a des abus monstrueux sur les contrats aidés, et au lieu de mettre les choses au point on en créée d’autres… on sait très bien que les contrats ultra-précaires 5h/semaine ne mènent à rien et ne permettent pas de vivre, mais on culpabilise les chômeurs pour qu’ils les prennent. Sauf que ça n’arrange pas le problème…

C’est le serpent qui se mord la queue. Moi je règlerais bien le problème à coups de lance-flammes chez les politiques et patrons corrompus. Ils se bougeraient sans doute plus vite 🙂

EDIT : Voici un article de Ditwan écrit plus ou moins en réponse au mien, pour me dire que je ne suis pas la seule personne handicapée atteinte d’une maladie invisible qui galère dans le monde du travail. Elle a écrit d’autres articles pour parler de sa maladie, la fibromyalgie, peu connue mais pourtant si douloureuse.

Publicités

8 réflexions sur “Des projets pour 2016

  1. Tu peux le faire au Karcher sinon comme proposait l’un d’entre eux sur les banlieues…
    Je suis tout à fait d’accord que Pôle Emploi n’a aucune solution à part nous sortir des chiffres à tout prix.
    Ton idée de reprise d’étude m’interpelle: comme se passe une alternance quand on a plus de 25 ans?
    Enfin voilà… pas de solution ) part de la précarité et Pôle Emploi qui s’amuse avec nous. Youhou.

    J'aime

      1. Ca se passe comme pour un moins de 25 ans. Sauf que ça se fait en contrat de professionnalisation (et non d’apprentissage) et je crois qu’on est payé 100% du smic. Sinon, trouver une école, trouver un patron, pareil.

        J’ai très peu postulé aussi cette année, beaucoup moins de CS, moins d’offres aussi. Le mois et demi où j’ai bossé, j’ai du faire 2 candidatures, la honte.

        Pour le concours, je n’ai encore rien acheté pour préparer le mien. Toujours dossier en cours d’instruction ou je ne sais quoi. J’ai envoyé un mail pour savoir ce qu’il en est mais on me dit de regarder le suivi sur internet (non!? c’est vrai, j’y avais pas pensé!) et je crois qu’on reçoit la convoc très peu de temps avant les épreuves.

        J'aime

  2. Bleun, quand tu dis « Je ne me vois pas dépenser 8 euros de transport pour me prendre de nouveau la tête et ressortir dégoûtée de la vie, d’autant plus que j’ai des projets qui ne l’impliquent pas et je préfèrerais d’ailleurs qu’elle ne s’en mêle pas », je trouve que tu as raison à 100% ! Si tu parles de ton projet de concours à ta conseillère, elle est capable de te sortir un truc du genre « oh vous savez, les concours, beaucoup de candidats, très peu de reçus… Vous devriez vous concentrer sur autre chose ! »
    Les conseillers popôle sont passés maîtres dans l’art de retourner leurs vestes : ils encouragent à fond à passer des concours, comme si c’était la solution miracle au chômage, puis quand on en prépare un, ils deviennent tout d’un coup hyper pessimistes (ou plutôt réalistes dans le cas présent) et décourageants…

    En tout cas, c’est bien que tu aies des projets, que tu ne baisse pas les bras !

    Courage !

    J'aime

    1. Oui voilà, d’autant plus que c’est un concours pour travailler dans une bibliothèque, vu les débouchés hors fonction publique elle va s’empresser de me démonter ! Après, je ne compte pas l’écouter, surtout quand je vois qu’elle répète bêtement la même chose que tous ses collègues qui ont des œillères. C’est une dame bien dressée par Popole, qui me convoque sûrement pour me proposer l’un de ces nouveaux dispositifs pour chômeurs qui vont les mener vers un autre type de précarité, alors bon, je n’ai pas envie de me prendre la tête. Par contre, elle n’a pas répondu à ma demande d’annulation de rendez-vous. Si elle refuse, je lui répondrai que puisque je vis actuellement avec 75 euros par mois et que je ne bénéficie d’aucune réduction de transport, soit elle fait son entretien par téléphone, soit elle va se faire dorer chez les grecs !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s