Comment mon orgueil fut une nouvelle fois poignardé

poignard dans le coeur

Il y a quelques temps, j’avais essuyé un refus de la part d’une enseigne à proximité de chez moi, qui pour un job au contact direct avec la clientèle m’avait préféré une femme qui ne parlait pas un mot de français. A l’époque, j’avais été blessée, car si je n’ai rien contre l’embauche de personnes ayant des difficultés avec la langue, il faut quand même reconnaître que certains postes sont incompatibles avec quelqu’un qui ne parle, ne lit ou ne comprend pas le français. Je pense notamment aux postes au contact de la clientèle justement, car il faut la renseigner et la servir, et si vous ne comprenez pas ce que demandent les clients… vous donnez une très mauvaise image du magasin, car tout le monde n’a pas la patience d’essayer de se faire comprendre.

Bref, j’étais blessée parce que je me disais que pour qu’on me préfère une personne aussi peu adaptée au poste à pourvoir, c’est que vraiment je n’avais pas su être convaincante. Je sais que j’ai énormément de mal à défendre mon bout de gras car je ne suis pas à l’aise à l’oral (et pourtant je suis grande gueule, je suis un paradoxe sur pattes) et chaque échec plombe un peu plus ma confiance en moi (et donc, me fait stresser à chaque entretien…). Je finis par passer outre, mais ça reste une entaille dans mon orgueil démesuré (je t’ai vu toi là-bas avec le fusil !).

Plus récemment, après avoir fini mon contrat dans l’entreprise de mon conjoint, on m’avait parlé un poste hors-budget pour s’occuper des produits étrangers et éventuellement donner un coup de main au bio. Évidemment, je m’étais positionnée dessus, car même en 25h, ça restait un CDI et ç’aurait pu être mon tout premier. Ayant donné satisfaction lors de mon contrat en tant qu’ELS, parvenant à faire en 30h un travail complet et meilleur que l’employée habituelle qui est en 35h, je n’avais jamais été aussi proche de pouvoir enfin signer un contrat « intéressant » (d’un point de vue durée hein, le poste en soi n’ayant aucun intérêt intellectuel). Et puis je n’ai plus eu de nouvelles. C’était trop beau vous pensez bien ma bonne dame ! Un contrat, et puis quoi encore ?

C’est mon homme qui m’a appris la mauvaise nouvelle : non seulement quelqu’un d’autre a été pris pour ce contrat, mais, accrochez vous :

  • Cette personne est la conjointe d’un autre employé, alors qu’on arrête pas de dire à mon homme que les couples ne sont pas autorisés et que c’est principalement pour cela qu’on ne m’offre pas de contrat intéressant.
  • Cette personne arrive tout droit du bled et ne parle pas français. Elle le comprend juste vaguement. Alors que le métier pour lequel elle a été prise nécessite une compréhension parfaite du français, pour savoir où trouver les éléments, où les ranger, et conseiller la clientèle car le rayon des produits étrangers est très spécifique et demande un minimum de connaissances.

Donc en résumé, les types chient ouvertement sur leurs propres excuses (puisque visiblement prendre la conjointe d’un autre employé ne les dérange pas), tout ça pour me préférer une personne bien moins qualifiée (sans offense aucune, mais c’est vrai), et en plus ils n’osent même pas le dire en face de mon homme qui l’a appris par une de ses collègues qui le pensait au courant (alors que la veille, il demandait où ça en était).

Une fois de plus, je me sens comme une grosse merde car je me fais doubler par quelqu’un de moins compétent, alors qu’en plus j’ai eu l’occasion de faire mes preuves juste avant. Preuves qui ont été saluées, personne n’a remis en cause mes compétences lorsque j’ai bossé là-bas. On m’a juste trouvée un peu lente, mais en même temps, je découvrais le métier et la deuxième semaine j’ai dû composer avec mes règles qui, à cause de mon endométriose, sont très douloureuses et me fatiguent énormément. Essayez de bosser lorsque vous vous videz de votre sang en souffrant bien comme il faut, on en reparlera.

Très franchement, je me demande d’où peut bien venir ce problème qu’ils ont avec moi. De mon caractère froid et distant ? Mais il y a une autre employée qui non seulement est froide et distante, mais en plus est agressive et envoie chier tout le monde. Elle est bien pire que moi qui me contente de bosser dans mon coin. De mon handicap ? Ils ont déjà embauché des personnes avec des handicaps bien plus lourds et ces personnes sont encore au sein du magasin. Donc si ça vient de là, c’est juste de l’hypocrisie. Ma gueule qui ne leur revient pas ? Niveau gueules cassées dans ce magasin il y a bien pire que moi. Franchement je ne sais pas. Vu la tête du directeur à chaque fois qu’il me voit, même en tant que cliente, c’est évident qu’il ne m’apprécie pas mais je n’ai aucune idée de la raison. Je ne me souviens pas avoir été désagréable lors de mon entretien avec lui, car j’ai gardé toutes mes réflexions pour moi (je n’aurais peut-être pas dû, il aurait eu une raison de me détester).

Mon homme m’a dit que je payais peut-être le prix de son insubordination. Il est très grande gueule, bien plus que moi, n’hésite pas à voler dans les plumes des personnes concernées lors de flagrants délits de corruption, n’accepte pas la moindre injustice, surtout envers ses employés, et prend leur défense face aux clients odieux. Il n’hésite pas à répondre à ses supérieurs lorsqu’il les sait en tort et se marre lorsqu’ils lui répondent des trucs du genre :

  • Oh mais vous savez qui je suis ? Je suis la sous-directrice !
  • Et alors, en attendant vous ne savez pas comment le rayon fonctionne et en plus vous faites des fautes sur les panneaux !

Il a déjà eu plusieurs remontrances dues au fait qu’il ne courbait pas l’échine devant quelqu’un au seul prétexte de la hiérarchie. Bref, il a quelques soucis avec l’autorité et c’est bien possible que j’en paie indirectement le prix. En me sanctionnant, en réalité ils le sanctionnent lui, n’ayant pas vraiment moyen de faire autrement (on m’a déjà dit que personne n’était indispensable, mais pour le moment, mon homme est indispensable dans son équipe, à chaque fois qu’il prend un peu de vacances c’est l’anarchie, les gens ne savent pas se débrouiller, c’est fou).

Le problème c’est qu’on ne sait pas vraiment ce qu’il en est. S’il y a un problème avec moi, j’aimerais qu’on me le dise, car ça me permettrait de m’améliorer et peut-être d’obtenir un contrat ailleurs en corrigeant ce qui me fait défaut et que je ne vois pas. Et si le problème vient de mon homme, c’est injuste de me le faire payer. Notre attitude au travail est très différente, et si je partage ses difficultés avec la hiérarchie je réagis différemment. De plus nous n’avons pas le même grade donc je ne pourrais pas me permettre la même insolence.

Je ressens une telle frustration, vous n’avez pas idée. J’étais si proche de ce contrat et je me suis encore fait passer devant, alors que je suis plus qualifiée. C’est rageant, et le pire, c’est que je ne sais même pas ce qui a bien pu les motiver à prendre cette fille plutôt que moi.

what's wrong

Publicités

5 réflexions sur “Comment mon orgueil fut une nouvelle fois poignardé

  1. Je pense pas que le problème vienne de toi. C’est sans doute bien plus profond. Si ça venait de toi, ils ne t’auraient pas embauchée.
    Après effectivement, il y a sans doute la volonté de faire suer ton homme.
    Mais bon courage, rien de tout ça n’est évident.
    Mais le problème ne vient pas de toi. Le problème c’est que c’est un monde bien pourri comme il faut. :/

    Aimé par 1 personne

    1. Ben après, si mon homme n’avait pas insisté encore et encore, je n’aurais jamais été embauchée. Donc peut-être que le problème vient effectivement de moi mais qu’ils ont « récompensé » l’investissement de mon homme en daignant m’embaucher de temps en temps. Mais si c’est le cas ils ne sont pas honnêtes :/ mon homme a fait la remarque aujourd’hui pour la jeune fille prise à ma place, personne n’a daigné se justifier, uniquement des regards fuyants et gênés. Comment est-ce qu’on peut régler le problème si personne ne veut nous dire quel est le problème en question ?

      J'aime

  2. Blanche après la nana qui a été prise a peut-être bénéficié d’une « discrimination positive cachée » à l’égard des personnes d’origine étrangère… Ou alors elle ou son conjoint est pote avec qqun de haut placé dans la hiérarchie de Monop mais ne s’en vante pas auprès des autres…
    Des fois t’as des histoires, des « dossiers » concernant la hiérarchie et certains chefs tu soupçonnerais même pas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s