Cette envie de quitter la région parisienne

mutation

Si ça devait se passer chez moi mon chat aurait gobé ce brave poisson 😀

Hier, avec mon homme, nous nous disputions au sujet de notre envie de quitter la région parisienne (nous vivons actuellement dans le 78, dans lequel il travaille, et moi je travaille dans le 92) et des moyens à mettre là-dedans.

Son entreprise devant une nouvelle fois recruter de nouveaux collaborateurs (et étant donné que je suis encore dans l’incertitude des conséquences de mon craquage sur ma chef), il a proposé de glisser mon nom pour récupérer l’un des contrats. D’emblée, je me suis montrée circonspecte : ce n’est pas la première fois que son entreprise recrute, pas la première fois qu’on me fait miroiter un éventuel CDI là-bas, et je me rappelle parfaitement de leur tendance à préférer recruter une chèvre unijambiste atteinte de syphilis et d’hémorroïdes plutôt que moi.

De plus, physiquement parlant, mon homme n’a pas l’air de se rendre compte que le job d’ELS n’est pas vraiment fait pour moi : on y manipule des charges lourdes dans un environnement poussiéreux et dégueulasse : je ne suis pas sûre que ce soit tellement mieux qu’être confinée dans un bureau avec une connasse qui y fume : niveau conséquences sur ma santé, c’est kif kif bourricot. Sans parler du fait que la connasse en question n’est pas prête d’y fumer de nouveau après ce que je lui ai mis. Bref.

La seule chose contraignante dans mon job, ce sont les horaires : je pars tôt, je rentre tard. Mon homme se plaignait du fait que je sois tout le temps à la maison lorsque j’étais au chômage, mais visiblement, le fait de n’y être que très peu ne lui convient pas non plus. Mais j’avoue que c’est pénible : je passe trop peu de temps à la maison en semaine, je suis obligée de décharger tout l’administratif sur mon homme car mes horaires ne me permettent plus de me rendre dans les administrations. C’est aussi lui qui va à la Poste à ma place, etc. C’est clair qu’en tant qu’ELS, bah je bosse le matin et ensuite j’ai tout mon après-midi. Cependant, je n’ai qu’un seul jour de repos par semaine pour me remettre d’un job trop physique pour moi.

Niveau mutations, c’est clairement son entreprise qui est au-dessus du lot : ils ont un système interne avec lequel on peut postuler, de manière spontanée ou non, pour être muté ailleurs. Ma boîte, elle, ne propose des contrats qu’en IDF et du coup, si j’ai envie d’en partir, je ne pourrai pas compter sur eux. Bébert m’a dit qu’ils envisageaient de s’étendre en province mais que ce n’était pas pour tout de suite. Et je ne suis même pas sûre d’être encore avec eux à la fin de mon contrat. Après un pétage de câble pareil, ce n’est pas dit qu’ils me proposent le CDI promis.

Mon homme me reprochait de préférer être payée à rien faire dans mon job actuel plutôt que de m’éreinter dans le sien mais avec de meilleures possibilités de mutation. Cependant, je ne suis pas sûre que ruiner le peu de santé qu’il me reste dans un job trop physique soit la solution si je veux partir en province. Sans compter que je serai en bas de l’échelle, donc pour être muté quand on peut recruter sur place c’est chaud…

Lui, de son côté, n’ose plus postuler pour se faire muter ailleurs maintenant que j’ai trouvé un job : j’ai mis des années avant d’avoir un contrat aussi long et il n’a pas envie de gâcher la chose. Le souci, c’est qu’en raisonnant comme ça, on se retrouve coincés ici pour toujours, puisque je n’ai aucune chance d’être mutée ailleurs.

Dans tous les cas, l’un devra démissionner pour suivre l’autre. Comme nous ne sommes ni mariés ni pacsés, on ne sait pas trop comment ça se passe pour le chômage. S’il démissionne pour me suivre, a-t-il droit au chômage ? Les ruptures conventionnelles ne sont pas possibles dans son entreprise qui n’aime pas payer des indemnités de départ à ses salariés, préférant les faire démissionner. S’il a droit au chômage, c’est mieux que ce soit lui qui démissionne : il aura plusieurs années de chômage, ce qui lui laissera le temps de retrouver du travail.

Ce qui nous fait le plus peur, c’est que si lui se fait muter et que moi je démissionne, je galère trop à retrouver du travail, même avec ma nouvelle expérience professionnelle. J’ai un caractère et un état de santé bien particuliers, qui font que je ne peux pas accepter n’importe quoi et que les postes adaptés sont rares. Si j’ai mis plusieurs années à trouver un job en RP, qu’est-ce que ça va être en province ? Surtout s’il est muté dans une petite ou moyenne ville ?

Dans l’état actuel des choses, je dirais que c’est mieux si c’est moi qui cherche ailleurs et que lui me suive si je trouve. Le problème c’est que j’ai encore trop peu d’expérience professionnelle et que donc je ne suis pas encore attractive, surtout pour des postes qui ne demandent aucune qualification comme employée au courrier. Malgré mon handicap qui en soi n’est pas si pénible niveau aménagements : j’ai besoin d’un environnement non fumeur, aéré (donc pas de gens qui fument à ma fenêtre), de rester de préférence assise et de pouvoir m’hydrater.

Mais on aimerait au moins changer d’appartement… le nôtre est plein de vices cachés, humide, avec de la moisissure, sans parler des voisins TOUS fumeurs (le couloir pue, mais pue… c’est ignoble) et du bruit ambiant. J’aimerais bien trouver quelque chose de plus sain, peut-être plus près de mon travail, pour réduire le temps de transport (je passe 3h par jour dans les transports, et encore, si je suis chanceuse, parce que les bus adoooorent partir au moment ou je sors de la gare RER). Le souci c’est que se loger ici c’est hors de prix, et que si notre appartement est pourri, il a quand même un rapport loyer/surface très avantageux (pour la zone hein, parce que pour le même prix on a un 84m² refait à neuf à Bordeaux [je me souviendrai toujours de cette annonce, je le voulais cet appart, snif] ).

Du coup, en ce moment on est un peu sur les nerfs, car on a tous les deux besoin de partir, mais nous sommes coincés et on ne sait pas trop quoi faire. Pour le moment le plus important est de voir si je finis mon contrat ou non (vis à vis de l’incident MissT, personne ne m’a parlé de licenciement mais je doute de m’en sortir indemne), et si oui, est-ce que je peux faire valoir 6 mois d’expérience en tant qu’employée au courrier dans une ville de province correcte (je dis correcte parce que j’ai tendance à attirer les tarés, alors on va éviter les villes qui craignent) ?

Et ensuite, chers lecteurs, je vous demanderai de faire brûler des cierges, parce que je vais avoir besoin de toute la chance et de toutes les prières du monde !

Publicités

Une réflexion sur “Cette envie de quitter la région parisienne

  1. Hey 🙂

    Concernant ton questionnement pour le chômage, tu peux démissionner sans aucun souci pour suivre ton concubin.
    Je l’ai fait y’a 3 ans pour suivre mon ex en région parisienne :).
    Il faut bien que le directeur mette dans les papiers pôle emploi que tu (ou ton copain) démissionnes pour suivre ton concubin.
    Puis pour Pôle emploi lors de ta réinscription, tu écris une lettre pour expliquer la situation avec des preuves de votre concubinage dans l’ancienne région et dans la nouvelle région et ça passe :).
    J’ai eu aucun souci pour ma part (j’avais foutu plein de preuves de notre concubinage pour qu’ils m’emmerdent pas 🙂 )

    En tout cas, bon courage tous les deux :/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s