Enfin terminé !

liberee-delivree

Je ne vous cache pas que vendredi soir, lorsque j’ai fermé la porte de mon bureau pour la dernière fois, j’avais une banane d’une oreille à l’autre. C’est bon, c’est terminé. J’ai tenu jusqu’au bout. J’avais envie de lâcher l’affaire, de penser à moi, mais j’ai choisi de finir le contrat par respect pour mon homme qui endure son boulot de merde depuis des années. Qui lui aussi est mal. Qui lui aussi est frustré. Qui lui aussi voit les abus défiler. Et qui tient.

L’entreprise pour personnes handicapées qui m’embauchait m’avait proposé un autre contrat, qui me plaisait sans m’emballer. On me l’a présenté comme un mi-temps « mais pas sûr ce sera peut-être un temps plein » en CDD « je crois je vais me renseigner la personne précédente devait être en CDI ». Roger devait aller à la pêche aux infos pour savoir ce qu’il en était et moi je devais réfléchir de mon côté, car j’avais des projets avec mon homme, et je voulais en parler avec lui.

On en a donc parlé, et j’ai été à la pêche aux avis sur divers réseaux sociaux (c’est toujours intéressant d’avoir les avis extérieurs, vous n’avez pas idée de la communauté hétéroclite qui gravite autour des blogs emploi/chômage), et j’en ai surtout retenu que le poste n’était pas top par rapport aux capacités que j’ai montrées. Je me suis révélée débrouillarde, organisée, capable de gérer une équipe à la place de la cheffe trisomique, j’ai même été élue employée du mois de l’entreprise dans laquelle j’étais prestataire (alors que ce titre est censé être réservé aux employés en CDI). Je me suis investie à 200% et j’ai sans doute pris les choses bien trop à cœur. J’ai fait face à un foutage de gueule total et à un abandon de ma hiérarchie.

Sincèrement, si MissT n’avait pas été rappelée et s’était calmée avec sa clope (car oui, elle avait recommencé à fumer dans les locaux) j’aurais pu accepter le CDI dans ce service. En attendant de pouvoir mener de front mes projets. Mais comme ils ont préféré la garder elle (trop chère à virer ?), j’ai choisi de partir.

J’ai réfléchi à l’autre contrat et j’ai choisi de l’accepter, si du moins on m’accordait une pause. Depuis 6 mois j’ai droit à une situation bancale, à un abandon, à un irrespect de ma condition de personne handicapée, j’ai besoin d’argent, mais j’ai aussi besoin de me reposer, et de pouvoir faire mes démarches car la CAF est gérée par des chèvres (près de 4 mois pour prendre en compte un changement de RIB, tout ça pour se planter et verser l’AAH sur le compte de mon homme, bravo les gars, bravo), SFR aussi, ma pneumologue ne répond pas à mes demandes de RDV pour renouveler mon AAH, j’ai besoin de pouvoir être présente à domicile pour pouvoir passer mes coups de fil et gérer mes rendez-vous, car en travaillant je suis en pause aux mêmes heures que les autres.

Roger me rappelle plus d’une semaine plus tard pour me demander quand est-ce que je pouvais faire ma journée d’essai dans la nouvelle entreprise. Euh, mollo mon bichon, je ne sais toujours pas ce qu’il en est du contrat, c’est un temps partiel, un CDD …? Il soupire, me dit qu’il ne sait pas et que je dois lui donner une réponse pour l’essai. Oui enfin tu es gentil, mais moi j’ai besoin de savoir où je mets les pieds. J’enchaîne en lui demandant son accord pour mes deux semaines de congé, et, évidemment, il refuse, comme il a toujours refusé, en me disant qu’on verrait une fois que je serai en poste. C’est ça, prends moi pour une buse. Ce sera encore plus difficile de me remplacer sur un poste où je suis seule qu’au sein d’une équipe.

En résumant l’histoire, Roger agit comme si j’avais déjà accepté le poste alors que je n’en savais toujours rien (en fait, il ne s’est pas renseigné), refuse des congés alors que je suis à bout moralement et que ça se ressent physiquement (mon stress a atteint un tel niveau que mon cuir chevelu desquame, je me démange de partout…)… ma hiérarchie est toujours aussi peu fiable et incompétente… alors j’ai pris mes responsabilités, je me suis choisie moi, et j’ai dit que je refusais le nouveau poste.

Il y a eu un silence au bout du fil, puis Roger a tenté de me culpabiliser en me disant que je le foutais dans la merde, que j’avais insinué que j’acceptais (non, non, j’ai dit que j’allais prendre ma décision avec mon homme, nuance). J’ai tenu bon dans mon refus en lui faisant comprendre que je me foutais totalement des conséquences, ce n’est plus mon problème. Il se fout de moi et je devrais compatir ? Il insiste en disant qu’il est « choqué et déçu », semblant attendre une rétractation de ma part. Non.

Je pensais en avoir fini mais le lendemain, ma remplaçante me dit que Roger arrive. Il n’a même pas prévenu MissT alors que d’habitude il est hyper à cheval sur la hiérarchie (en gros y’a nous, puis y’a MissT, puis lui, et il s’adresse à nous à travers MissT). Je sentais bien venir la tentative d’intimidation comme la dernière fois, et en plus, je n’étais pas bien, mais il venait voir ma remplaçante qui voulait négocier son contrat (sa pathologie ne lui permettant pas d’être sur plusieurs sites). Il s’isole dans le bureau avec elle, je la vois choquée, les larmes aux yeux, et j’entends Roger élever la voix sans trop comprendre ce qu’il dit. Puis il ouvre la porte et me regarde, mais je ne lui laisse pas le temps de parler et me rue vers ma remplaçante qui commençait à pleurer. Apparemment, il lui a dit qu’il se foutait totalement de son handicap, qu’il ne fallait pas exagérer car les deux sites sont proches (ouais, l’autre tour est au bout d’une montée bien raide, qu’elle galère énormément à faire) et qu’il était hors de question de négocier quoi que ce soit. De plus, il a menti à MissT en disant qu’elle devrait assurer mon remplacement à mi-temps pendant deux mois car en fait elle devra le faire… pendant un an. Tout le monde est indigné et Roger s’éclipse sans même dire au-revoir.

Je conseille à ma remplaçante de faire comme moi et de passer par les RH pour obtenir satisfaction et c’est là que MissT nous annonce que…. il n’y a plus de RH, car ils ont tous démissionné en bloc pour protester contre les méthodes de l’entreprise, qui encaisse l’argent en chiant sur le handicap de ses employés. Ça m’a rassurée sur un point : je ne suis pas folle, je ne suis pas parano, il y a bien un gros problème avec cette boîte.

Ma remplaçante décide donc de se désister pour le poste, car elle n’a pas à subir l’absence de compassion envers son handicap. Je lui souhaite bon courage, car elle est du genre à céder devant l’intimidation de Roger -il faut reconnaître qu’il sait choisir ses victimes pour paraître imposant-. De mon côté, je n’ai pas cédé et Roger a fini par me demander quand est-ce que je souhaitais venir pour récupérer mon solde de tout compte (il a refusé de me dire quoi que ce soit pour les indemnités de fin de contrat, je sens venir la mauvaise surprise).

Je dois reconnaître une chose, c’est que ce contrat longue durée m’aura permis de me connaître un peu mieux, et de mesurer les conséquences de mon handicap dans le monde du travail. Étrangement, ce n’est pas ma DCP qui pose le plus problème, mais l’endométriose. Depuis toujours j’ai pris l’habitude du « lève toi et marche » quand je suis surencombrée ou que j’ai du mal à respirer ; par contre, la douleur des règles à cause de l’endométriose, je ne peux juste pas lutter. J’ai essayé à un moment, et résultat, j’ai dû partir en urgence en plein milieu de journée car j’étais trop faible, j’avais trop mal. Sur 6 mois, j’ai dû m’absenter 4 fois à chaque période, les deux autres ayant vu le gros de la douleur passer un week-end. Et à chaque fois, j’ai dû me coltiner la visite au médecin à plus de 30 euros pour avoir un justificatif pour mes journées non-payées. Dans ces moments-là, j’ai vraiment envie de voir la notion de congé menstruel sur le devant de la scène, parce que pour ces pathologies-là c’est indispensable. Le manque à gagner est énorme quand la douleur invalidante s’étale sur plusieurs jours, avec en plus la fatigue de la perte de sang qui se cumule à un corps épuisé par la DCP.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s