Une discrimination parmi tant d’autres

index

Ce n’est pas cet article que j’avais l’intention de publier aujourd’hui (reste à voir si je publie les deux d’un coup ou si je vous fais attendre, gniark) mais j’ai reçu un coup de fil qui m’a tellement indignée (et amusée en même temps, je dois être un peu maso) que j’avais envie de vous faire partager cette histoire.

Parce que quand je parle emploi avec les gens (souvent contre mon gré mais ça revient souvent dans les conversations), on me dit toujours que comme les entreprises doivent payer une taxe si elles n’embauchent pas d’handicapés, elles se mettent en quatre pour les trouver. J’en avais déjà parlé ici, c’est un immonde cliché qui hélas peine à sortir des mentalités.

J’ai été appelée pour la première fois jeudi soir, mais comme je suis chez SFR pour le mobile, mon réseau est très mauvais et quand on m’appelle, les gens tombent directement sur le répondeur sans que je sois avertie de leur appel. Et je ne reçois un message du répondeur que plusieurs heures après. Et ce, alors que mon téléphone m’indique que je capte parfaitement. Bien évidemment, la personne me demande de rappeler avant 17h et je reçois le message à 18h30, donc trop tard. Ensuite, j’avoue honteusement que j’ai complètement oublié, un peu agacée par le message saccadé et incompréhensible que j’ai reçu, à part une petite phrase : « … vous pourrez nous dire ce que vous voulez exactement. ».

Ce que je veux. J’ai postulé à l’offre X, ce que je veux c’est le poste X. La formulation est un peu bizarre.

Et du coup, ils m’ont rappelée ce lundi, et j’ai reçu le message répondeur pour les rappeler à temps (avec le fixe, je ne suis pas folle). Je m’excuse de ne pas les avoir recontactés et leur explique le problème, ils sont plutôt compréhensifs, et on passe à la partie entretien téléphonique.

Je leur pose des questions sur le poste, notamment l’adresse, car elle n’était pas indiquée sur l’annonce, et je préfère être sûre de ma fiabilité. On me confirme que c’est un temps plein d’un mois renouvelable. Pas top, mais mieux que rien (du moins si ça n’annule pas mes droits au chômage). Je vérifie l’adresse, je peux m’y rendre sans dépendre de ce foutu RER A. C’est parfait donc.

Je pose une dernière question concernant l’aménagement du poste, pour savoir si je suis dans un bâtiment non fumeur (en lui expliquant ma mésaventure avec la connasse de mon précédent poste qui fumait dans les locaux en se tamponnant de ma maladie) et si j’ai la possibilité de m’asseoir.

Et là, la personne me demande de quel aménagement je parle. Ben, de celui pour mon handicap, vous n’avez pas vu le gros « RQTH » écrit en gras et majuscules à côté de mon nom ? Ah visiblement non. Il y a un gros silence gêné au téléphone, je finis par le briser en demandant si ça pose problème. Et honnêtement, je ne pense pas que l’entreprise soit perdante si le seul aménagement consiste à me refiler une chaise et à ne pas fumer à proximité ou dans les locaux.

C’est là que ça devient drôle, parce que la personne me demande d’attendre un peu, me met en attente avec une petite musique qui ne m’a pas empêchée de l’entendre dire à sa supérieure « Mais en fait c’est une handicapée ! On fait quoi ? ». La nana se fait engueuler pour ne pas l’avoir vu sur mon CV avant de rappeler, puis sort : « Dis lui que le poste est déjà pourvu et que la rappeler était une erreur ». Ah ouais carrément. La fille semble gênée puis reprend le combiné pour me sortir qu’elle s’était renseignée (lol) et que le poste avait déjà été donné. Par contre, elle pouvait me proposer des postes « adaptés », dans une autre ville, à mi-temps.

Ah d’accord. Donc l’handicapée n’a pas le droit au temps plein alors que le poste est parfaitement adaptable, par contre on lui refourgue les postes pourris à l’autre bout de la ville. Je la coupe pour lui dire que j’ai entendu toute sa conversation avec sa cheffe et lui demande pourquoi le poste devrait me filer entre les doigts alors que mon handicap ne pose aucune contre-indication (sauf si l’équipe fume dans les locaux, mais j’ose espérer que mon précédent poste était une exception, c’est censé être interdit par la loi). Encore un silence gêné, et puis elle me sort que le poste demande une bonne condition physique.

Girl. J’ai tenu le même poste pendant 6 mois, dans une entreprise plus grande, en faisant en plus la part des autres. Et ma seule fatigue était morale, parce que j’en avais marre de me battre contre des moulins à vent alors que je demandais juste à ce qu’une connasse arrête de fumer dans les bureaux. Et y’a pas besoin d’avoir une forme olympique pour tenir ce poste. J’avais même le temps de bouquiner.

Visiblement, ça ne lui a pas suffi, puisqu’elle ne m’a même pas écoutée et a insisté sur le fait que le poste était pourvu (j’ai cru comprendre que non) mais qu’elle pouvait me proposer d’autres postes dans des entreprises adaptées.

Eh bien non. J’ai postulé sur Pôle Emploi au poste X, dont les conditions me convenaient et qui était ouvert aux personnes handicapées, ce n’est pas pour me retrouver sur le poste Y qui n’a aucun rapport. Je lui ai donc signalé que j’avertirais qui de droit de leur discrimination et j’ai raccroché. Elle n’a pas tenté de me rappeler. C’est dommage de ne pas avoir pu enregistrer la conversation mais il me semble que la justice peut récupérer ça auprès de mon opérateur.

J’ai donc commencé par signaler la discrimination à ma conseillère Pôle Emploi. Je ne sais pas si elle pourra faire grand chose, mais c’est toujours ça. Ensuite, j’ai envoyé un mail à l’Agefiph pour leur demander la marche à suivre afin d’être sûre que l’entreprise se fasse plus que taper sur les doigts. Cette hypocrisie doit cesser. Handicap ne signifie pas incompétence. Il n’y a aucune raison pour qu’un poste me file entre les doigts alors que je peux le tenir !

Et après on entend les politiques balancer que les chômeurs sont des fainéants qui cherchent leur chômage. Bon sang, avant de taper sur les précaires, commencer par résoudre les sérieux soucis que l’on trouve dans le monde du travail ! De l’emploi il y en aurait beaucoup plus si on proposait des postes corrects et qu’on cessait les discriminations stupides comme celles du handicap, de l’expérience pro, du milieu social, etc. Les chômeurs sont nombreux et ce n’est pas en les insultant, les culpabilisant sans chercher des causes ailleurs que vous aurez leurs voix. Voix qui peuvent faire la différence, sachez le !

Publicités

5 réflexions sur “Une discrimination parmi tant d’autres

    1. Oui, c’est à peu près ma pensée. En fait, je suis surtout blasée, car ce n’est pas la première fois et probablement pas la dernière. J’ai du mal à comprendre ce qui peut passer par la tête des gens quand je leur dit que l’aménagement nécessaire est quelque chose de tout à fait faisable (je veux dire, y’a même pas besoin d’effort pour refiler une chaise à quelqu’un, en plus quand j’étais à la Défense j’avais une chaise pourrie de chez pourrie, ça suffisait), que je n’ai pas de contre-indication… bon sang, c’est usant. J’ai dû rater tellement de postes sans le savoir. Juste parce que les gens sont cons. Ma misanthropie n’est pas prête de s’arranger.

      J'aime

  1. P*t*** ça m’énerve. Peut-être qu’il y a aucune chaise dans leur établissement, ils devraient débourser 30 euros, imagine c’est bcp trop… Ou alors c’est la sup’ hiérarchique (celle qui a dit à l’autre de t’envoyer bouler) qui fume et tu mettrais fin à son confort… (Je sais pas j’essaie de comprendre… Non, en fait je suis sarcastique, c’est mauvais signe ^^)

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai l’impression qu’il ne faut pas sous-estimer le nombre de personnes qui se permettent de contourner la loi en fumant dans les locaux, j’ai eu pas mal de personnes qui m’ont mailée pour me demander la marche à suivre car elles sont dans ce cas. Mais quand je l’ai entendue lui parler elle n’a pas parlé de l’aménagement, le texte est tel quel, elle a juste dit que j’étais handicapée. N’a même pas mentionné le nom du handicap. C’est donc purement le handicap qui pose problème, sans même connaître sa nature. Elle aurait pu me poser des questions pour crever l’abcès ; mais non, elle a préféré zapper sans chercher à comprendre.
      Le plus drôle, c’est que quand je regarde du côté du boulot de mon homme, ce sont les personnes valides qui posent le plus de problèmes, comme quoi !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s