Le problème n’est plus le manque d’expérience…

Depuis que je suis diplômée, il y a toujours quelque chose qui ne va pas : soit je n’ai pas le permis (c’est important le permis pour bosser en bas de chez soi), soit ma gueule ne plaît pas, soit je n’ai pas assez d’expérience… toujours, toujours un problème. Elle est loin l’époque où on se présentait à l’accueil d’une entreprise en beuglant « je cherche du travail » et qu’on était embauché le jour même.

Du coup, quand j’ai décroché mon contrat de de six mois, j’étais contente. Pour être employée au courrier, l’expérience exigée est généralement d’entre six mois et deux ans (la blague, sincèrement, la blague) et du coup, même si je n’étais pas renouvelée, j’avais le minimum d’expérience requis et du coup je pouvais élargir mon nombre de candidatures.

Sauf que ça n’a rien changé. J’ai toujours aussi peu de retours. Il faut dire que même sans expérience, je postulais aux offres qui en exigeaient donc en soi, le ratio est le même. Je me suis une nouvelle fois faite avoir en pensant que l’expérience changerait quelque chose à ma recherche d’emploi. Tu parles Charles.

Comme j’expliquais dans un précédent article, les emplois non-qualifiés sont prisés de tout le monde, diplômés, non-diplômés, débutants ou vieux briscards, car le monde du travail est si bouché que même les diplômés sont obligés de se tourner vers ce genre de jobs (je rappelle que je suis Bac+4 dans le domaine de la traduction).

Donc en fait, l’expérience, ça ne change strictement rien. C’est comme si je n’avais rien de plus qu’avant. Allez, peut-être que ça me vaut un examen du CV un peu plus poussé que s’il était vide, mais visiblement, pas plus de retours.

C’est frustrant car à mes yeux, je ne vaux plus « rien » comme avant. En six mois je me suis révélée capable d’apprendre à toute vitesse, capable de gérer une équipe alors que ce n’était pas du tout mon job à la base, capable de m’occuper de personnes handicapées mentales, capable de faire le boulot de trois voir quatre personnes, sans forcer, malgré mon propre handicap. Derrière cette expérience de six mois se cache une expérience bien plus importante qu’il n’y paraît, que je ne peux pas faire transparaître sur mon CV sans être la connasse qui critique son ancienne entreprise (à raison, mais c’est mal vu quand même).

Même lorsqu’on ajoute des cordes à son arc, ça ne change rien. Il faut que j’arrête de culpabiliser car à ce stade, ce n’est pas de ma faute. Lorsque j’en ai parlé sur un de mes forums habituels, une personne m’a dit qu’elle pensait aussi que les choses changeraient lorsqu’elle aurait son permis. Puis un diplôme. Et en fait, rien n’a changé.

Parce que dans le monde du travail, c’est comme dans la vie de tous les jours, quoi qu’on fasse, les gens ne sont pas contents.

Publicités

17 réflexions sur “Le problème n’est plus le manque d’expérience…

  1. La personne c’est moi. Hi hi. La voiture, pas le permis. Le permis je l’avais (grâce à ma maman), mais la voiture c’était plus dur de trouver le fric pour l’acheter (à moins de vouloir une épave).

    Tu sais, on n’a jamais ce qu’il faut. 6 mois d’expérience si tu es en concurrence avec des personnes qui en ont 1 an, 2 ans, plus, c’est presque comme si tu n’avais rien. Si c’est pas l’expérience c’est autre chose. Je crois qu’il faut en effet qu’on arrête de culpabiliser et il faudrait que la société fasse un pas dans la vision des chomeurs qui est véhiculé. C’est finalement ce qui nous pèse le plus, enfin pour moi en tout cas.
    Plutôt que de voir des travailleurs/consommateurs potentiel, faudrait peut être qu’on revoie les citoyen comme un individu à part entière, à plusieurs facettes. Que si on a pas de travail, on a peut être autre choses à valoriser, à développer. Et même si on a pas ça, si déjà on fait pas chier le monde, c’est déjà pas mal vu le nombre de cons qui y prennent du plaisir eux.

    Aimé par 1 personne

  2. Tellement vrai…
    « Vous n’avez pas l’expérience. »
    « Votre profil ne correspond pas. »
    « On n’a pas le temps de vous former. »
    « Mais vous habituez trop loin. »
    « Vous êtes une fille. »

    Aimé par 2 people

  3. Bonjour à tous, Je suis diplômée, j’ai 20 ans d’expérience, et pourtant je galère à trouver un nouvel emploi. Visiblement maintenant je suis trop vieille (47 ans). Lorsque j’avais 25 ans j’étais trop jeune et sans expérience pour être assistante de direction. Aujourd’hui j’ai un CV qui fait peur, trop qualifiant (dires de pole emploi) et trop âgée pour un poste en CDI (côté employeur). Je fais quoi alors? Je me lance dans le BTP ?

    Aimé par 1 personne

  4. Angie : C’est vrai que si les recruteurs prenaient en compte les savoir-faire des gens avant de se fier au sacro-saint CV avec les sacro-saintes expériences et les sacro-saints diplômes, ce serait déjà plus logique (parce qu’un diplôme ou une expérience ne font pas d’un candidat la personne idéale), yaurait moins d’incompétents à certains postes (qui n’a jamais été confronté à une secrétaire qui transmet mal des infos, à un employé qui fait le strict minimum en tirant la tronche, alors que beaucoup aimeraient être à sa place, à un blaireau incompétent mais intouchable car pistonné, etc.), et beaucoup plus valorisant pour de nombreux chômeurs : exemple d’une fille sur un forum qui a de sacré connaissances en formations pro, contrats aidés, droit du travail etc., mais qui est obligée de se cantonner à de rares cdd en usine parce que sur son Cv, toutes ses connaissances ne sont malheureusement pas écrites…

    Mais bon, avant que les mentalités changent… n’oublions pas que nous sommes en France, un pays où les mentalités sont figées, on est pas dans un pays progressiste comme (exemple au hasard ?) les pays Scandinaves…

    Aimé par 1 personne

    1. Cest dommage qu’elle n’ait pas écrit ses compétences sur son CV. J’ai fait un cursus RH recrutement il y a quelques années et aujourd’hui, il est conseillée (je suis également ces conseils vu que je suis au chômage lol) de mettre ses compétences en premier avant même les diplômes. Ça permets aux recruteurs d’avoir une autre  » vision  » du candidat.

      Aimé par 1 personne

      1. on me l’avait conseillé quand j’étais en formation AFPA, c’est vrai que les recruteurs, qui ne s’embêtent pas à lire tout le CV, doivent avoir ce qui les intéresse en premier sous les yeux, donc c’est mieux de mettre les compétences d’abord…

        Aimé par 2 people

      2. Oui voila, certains, au vue du nb de candidature ne regarde que le haut du cv. Puis il faut dire qu’en faisant n’importe quel travail, on peut développer des compétences qui peuvent être utiles pour un poste dans un domaine totalement différent !

        Aimé par 1 personne

      3. Le problème c’est que certaines expériences comme celles obtenues en bénévolat ne bénéficient d’aucune considération de la part de la majorité des recruteurs :/
        Sinon je serais déjà comportementaliste animalier 😛

        J'aime

  5. Après le côté  » diplôme  » ultra ancré ici malheureusement j’ai pas d’astuces pour le contourner lol. C’est la cerise sur le gateau mais s’il ny a pas de gateau ça poserait toujours un pb. En tout cas à lire des articles et des commentaires ça me conforte dans mon choix d’avoir laisser le recrutement mdr. Je trouvais ça très frustrant à la longue.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s