Et l’entretien fut

Il a bien fallu se jeter à l’eau après l’annonce comme quoi la banque acceptait de me recevoir pour un entretien. J’étais évidemment un peu stressée, ne sachant pas trop dans quoi je mettais les pieds, mais j’ai réussi à trouver une tenue correcte. Tenue que je n’ai pas pu mettre le jour J car après plusieurs jours de temps très doux, le jour de mon entretien la chaleur est revenue, écrasante (en fait mon pseudo devrait plutôt être Blanche de la Poisse). Exit la petite chemise (elle fermait mal pour cause de gros nénés, donc bon, je ne suis pas passée à côté de grand chose), j’ai enfilé un T-shirt, pris une veste légère pour cacher l’eczéma sur mes bras et un pantalon noir classique, et en voiture Simone. Et si les recruteurs ne sont pas contents, tant pis, je n’allais pas m’étouffer dans ma sueur pour eux.

La dame de la boîte d’intérim pour handicapés (appelons l’entreprise BIH, j’ignore si ça existe pour autre chose, mais ici ça désignera cette entreprise) m’a appelée dans la matinée, pour faire un dernier point, ce qui m’a un peu agacée car je m’activais pour me faire de la monnaie pour le bus et pour manger un peu avant de partir. D’autant plus que c’était pour échanger des banalités sur l’entretien et s’assurer que j’étais préparée. J’avais l’impression d’être une ado pressée par ses parents pour son premier entretien…

Je suis donc arrivée sans trop de mal (je ne me suis trompée de chemin qu’une fois, un record). On m’avait dit d’arriver environ 15 minutes en avance mais comme je me suis trompée de chemin, je suis arrivée pile à l’heure. Je ne sais pas si c’est lié, mais du coup la RH m’a faite attendre un peu plus de 10 minutes en bas. C’était une femme plutôt jeune, probablement tout juste la trentaine, mais qui surtout me disait quelque chose. Son nom m’était vaguement familier et une fois face à face, c’était encore plus flagrant. Elle-même a froncé les sourcils, comme si elle me reconnaissait. Mais au vu de mon parcours, et du sien, on a été incapables de se souvenir de l’endroit où on s’était vues. Pourtant nous nous connaissions. Comme quoi le monde est petit, parce que je n’ai vraiment pas vu grand monde depuis que je suis dans la région parisienne (et en plus je ne suis pas physionomiste).

Malgré cela, l’entretien est resté très formel. Je n’ai pas eu droit à des réflexions sur le maquillage ou la tenue, ni de questions interdites, mais par contre des questions assez classiques sur mon parcours, mes compétences, les qualités, les défauts, ce que j’attends du poste (de la thuuuuuuuune !!!), pourquoi moi et pas un autre, etc. Elle m’a ensuite ramenée dans une salle d’attente et est allée chercher mon futur responsable pour un autre entretien, pour que lui aussi puisse se faire une idée de moi.

Le responsable est venue avec une femme, qui est une autre responsable, notamment de la personne avec qui je travaillerai en binôme. L’entretien était déjà moins formel (il s’est repris plusieurs fois car il me tutoyait par réflexe), et on m’a expliqué le poste plus en détails. Il m’a demandé quelles qualités demandait le poste et a semblé apprécier ma réponse (même si j’ai eu un moment d’hésitation), m’a demandé de résumer la journée-type qu’il m’avait décrite (exercice réussi !) et m’a dit que comme le besoin était immédiat j’aurai très vite ma réponse.

Ce deuxième entretien avec les responsables m’a paru plus réussi que le premier car la RH n’était pas très chaleureuse (sauf au début lorsqu’on a essayé de voir d’où on se connaissait, ça nous amusait) mais je ne préfère pas mettre la charrue avant les bœufs, il y a un petit quelque chose qui me dérange, je ne saurais pas vous dire quoi. J’ai la sensation d’avoir foiré quelque chose. Peut-être une petite sensation de culpabilité vis à vis de la dame de la BIH qui m’avait demandé de ne pas parler de mes problèmes de clope dans les bureaux lors de mon précédent contrat, alors que je l’ai fait lorsqu’on m’a demandé pourquoi je n’avais pas accepté de CDI avec ma précédente entreprise.

La RH m’a aussi dit à un moment que je me contredisais lorsque je parlais des périodes de rush de mon précédent poste alors que je semblais insinuer qu’on avait pas beaucoup de boulot. En réalité c’est elle qui avait mal compris car je parlais des périodes de fêtes ou jours fériés qui correspondaient à des rushs, mais elle n’a pas semblé convaincue.

Après, ça ne sert pas à grand chose de se faire du mouron, si je suis prise tant mieux, ça me fera une expérience administrative dans un autre domaine que le courrier, sinon tant pis.

Ce que je n’ai pas du tout apprécié, par contre, c’est lorsque la RH m’a dit que le contrat n’était que d’un mois. J’ai postulé à un contrat d’un an, la dame de la BIH m’a dit que c’était deux mois, et une fois dans l’entreprise on me dit que c’est un mois. Bon, ça se prend quand même mais j’ai la sensation de m’être faite avoir. Quand je vais signer le contrat la durée sera encore réduite….? Mon homme m’a même dit d’envoyer paître la BIH pour leurs méthodes douteuses (la dame m’a avoué augmenter la durée des contrats sur les annonces pour appâter les demandeurs d’emploi) mais d’un autre côté je n’ai pas d’autres pistes pour le moment. Le responsable m’a dit que le contrat pourrait éventuellement être prolongé jusque fin septembre mais qu’après non, puisqu’ils passent sur informatique ensuite et que donc, plus besoin d’assistante administrative.

A peine sortie de l’entretien, la dame de la BIH me rappelle pour savoir comment ça s’était passé. Bon, je peux comprendre qu’ils veulent caser leurs poulains à tout prix, mais un appel le matin, un appel l’après-midi, elle n’a pas un peu l’impression de trop en faire ? Je n’entendais pas grand chose à cause de la circulation, mais je lui ai dit que je pensais que c’était bon, sauf mauvaise surprise. De ce que j’ai pu comprendre, ils n’avaient pas l’air d’avoir reçu d’autres personnes en entretien et le responsable semblait avoir besoin de renfort tout de suite là maintenant. Ce qui pourrait me laisser une chance malgré une performance médiocre.

Bref, voilà voilà, un entretien pour lequel je m’étais fait un peu trop de mouron, l’équipe est jeune et donc moins dans les clichés classiques du milieu, du moins en apparence (si ça se trouve la RH n’a pas apprécié l’absence de maquillage mais ne m’a rien dit en face, qui sait), les responsables ont l’air sévères mais sympas. Je devrais savoir rapidement si je suis prise ou non. J’espère que oui quand même, parce que c’est drôlement bien payé !

Par contre j’avoue que je n’ai pas du tout parlé de mon endométriose, je n’ai plus qu’à croiser les doigts pour que pendant ce petit mois j’aie droit à des règles supportables. 3 mois que j’en ai des atrocement douloureuses, alors si ça pouvait se calmer un peu…

Publicités

3 réflexions sur “Et l’entretien fut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s