Recalée

Comme je vous expliquais dans mon précédent article, la banque ne semblait pas bien pressée de me donner une réponse. On m’a fait remarquer que lorsqu’une réponse à un entretien n’arrive pas à la date attendue, c’est que généralement, ça pue. Effectivement, ça puait, car après avoir rappelé la dame de la BIH il s’est avéré que j’ai été recalée (et la banque n’a prévenu que le lundi matin).

Bien entendu, la banque n’a pas donné la moindre raison, je sais juste que c’est le chef d’équipe qui a décliné ma candidature. Le plus étonnant c’est que des trois personnes que j’ai rencontrées, c’est lui qui semblait le plus emballé. Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences !

La dame de la BIH m’a donné quelques précisions sur le process de recrutement : le candidat rencontre d’abord la RH, et si jamais son profil lui plaît, elle appelle le manager pour un deuxième entretien. Du coup, moi qui pensais ne pas avoir plu à la RH qui avait semblé agacée plusieurs fois au cours de l’entretien, c’était en fait l’inverse. C’est justement parce que je l’avais convaincue que j’avais pu voir le manager.

D’ailleurs, la dame m’a bien précisé que c’était LE manager qui avait refusé ma candidature (j’ai rencontré deux managers, un homme et une femme, en même temps).

Donc en fait, je m’étais plantée sur toute la ligne concernant ma performance, puisque c’est celui qui m’a paru le plus enthousiaste qui à la finale m’a refusée, et celle que je pensais avoir déçue était en fait la plus convaincue du lot.

Le problème, c’est qu’évidemment la banque n’a donné aucune raison à leur refus : je ne sais donc pas ce qui a cloché. La dame de la BIH m’a dit que si ça se trouve ça ne venait pas de moi, mais qu’ils avaient probablement reçu un candidat avec plus d’expérience et que donc ils ne s’étaient pas pris la tête avec moi (j’ai de l’expérience dans le courrier, qu’on m’a maquillée en expérience dans l’assistanat administratif, mais ça restait du simple courrier… or de nos jours il faut savoir tout faire même pour un poste peu ou pas qualifié). Mais peut-être aussi que quelque chose les a repoussés pendant mes entretiens, et si c’est le cas, j’aurais aimé le savoir pour ne pas reproduire l’erreur.

Hélas, c’est extrêmement rare que les recruteurs prennent la peine de dire au candidat ce qui ne va pas. Ils n’ont pas forcément le temps, mais dans ce cas précis, la banque n’a pas reçu énormément de candidats et pouvait bien prendre la peine de rédiger deux lignes sur les raisons du refus. Si ça se trouve, mes échecs en entretien d’embauche sont tous dus à la même chose mais comme personne n’a pris la peine de m’en parler ça peut durer encore longtemps. Mon côté franc du collier ? Mes difficultés à jouer le jeu hypocrite de l’entretien dans lequel je suis censée mettre en avant des qualités que je n’ai pas, un enthousiasme que je n’ai pas ? Mes handicaps ? Ma tronche (je suis consciente que ne pas me maquiller me disqualifie pour pas mal de monde) ? Mes soucis pour valoriser mes expériences difficilement valorisables ? Si je ne sais pas quel est le problème, comment travailler dessus (du moins si je le peux, parce que si c’est mon handicap qui dérange je ne pourrai pas y faire grand chose) ?

La dame de la BIH m’a dit qu’elle allait tenter d’avoir des précisions mais elle m’a confirmé qu’il est rare d’avoir des retours. Elle m’a rappelée peu de temps après pour me proposer un nouveau poste, au moins mon échec n’a pas été disqualifiant à ses yeux, c’est déjà quelque chose de positif : je connais bon nombre de boîtes d’intérim qui au premier échec vous raye des listes pour ne jamais vous recontacter. Au moins là il me reste une chance, même si je suppose qu’elle laissera tomber aussi si j’échoue trop souvent. D’où l’intérêt de savoir ce qui ne va pas…

Publicités

8 réflexions sur “Recalée

  1. Je suis d’accord avec toi sur le fait que savoir la raison d’un refus serait un plus. Le comportement en entretien (et donc il faudrait travailler de ce coté, cela dit, je sais pas comment tu le sens toi, mais moi apprendre à jouer le role de la parfaite candidate pour un poste bof bof, je suis pas sure d’y arriver), le manque d’expérience pro, le manque de formation (et donc là, c’est un appui pour en demander une à PE), …

    Cela dit, je pense que souvent il n’y a même pas de raison précise. Fallait choisir et point. Je sais que ce n’est pas ce que le système attend de moi, mais j’en ai marre de me prendre la tête avec ce genre de truc. On parlerait de supers postes (on s’entend, je veux dire un truc qui me plait vraiment, choisie totalement, un truc bien payé ou je sais quoi forcément. Mais je veux bien un poste d’assistante parlementaire fictive aux mêmes conditions que Pénélope, pas de soucis) ce serait différent mais là, bref.
    je tente de moins me prendre la tête, ça repose mon organisme. Bon, j’y arrive pas toujours mais le peu que j’y arrive ça fait du bien.

    J'aime

  2. Je viens de lire pas mal de tes articles – je suis tombée dessus par pur hasard.

    Déjà, bravo. Je ne suis pas restée au chômage longtemps (j’y retourne sûrement dans quelques mois, fin de CDD en vue), mais ça a été la période la plus difficile de ma vie. Entre la pression que je me suis mise et ma culpabilité de « faire la difficile » j’ai vraiment douillé.

    Je me retrouve totalement dans certains de tes articles et, putain, il me tarde de pas de retrouver cette chère conseillère Pôle Emploi.

    Pour les entretiens, c’est clair qu’il faut se méfier du ressenti. Pour mon poste actuel, j’étais persuadée que le recruteur me détestait alors qu’il était emballé. Au contraire d’autres ont été très emballés (me faisant comprendre que c’était « oui ») et j’ai été recalée. Je suis passée du côté recruteur quelques fois depuis (côté technique, pas RH), et j’ai plus du tout la même vision des entretiens d’embauches.

    J’ai pas embauché la personne que je préférais (niveau humain), mais celle qui correspondait le plus au poste. Finalement, je vois plus un entretien comme une vérification de l’adéquation des competences/caractère/capacité à s’adapter au poste qu’un jugement de la personne (j’avais tendance à voir ça comme ça). Ça me rend beaucoup moins stressée pour la suite.

    Bon ça, c’est si les gens sont pas trop cons. Malheureusement, t’as l’air d’être tombée sur de sacrés cas. Ça me fait un peu perdre ma foi en l’humanité, honnêtement !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour !
      Merci pour ce long commentaire, c’est toujours sympa d’avoir des retours de nouveaux lecteurs 🙂
      Le chômage est en effet une période difficile, non seulement on se met la pression mais en plus on subit celle des autres.
      Après pour les entretiens, je me doute que c’est la personne qui est la plus apte qui est prise. Mais le souci, c’est que cette aptitude, je ne la gagnerai jamais si je me fais recaler à chaque fois :/ je manque d’expérience dans l’administratif mais je ne peux pas me l’inventer non plus.
      Je me prends souvent la tête pour savoir ce qui a cloché parce que justement, si j’ai un problème, quelque chose qui ne plaît pas aux recruteurs et qu’on ne me le dit jamais, je ne pourrai pas m’améliorer et décrocher LE poste qui me conviendrait et pour lequel quelqu’un serait mieux qualifié mais moins apprécié niveau humain.

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai l’espoir que les gens prennent aussi – et surtout – en compte les capacités. Et je parle pas du CV, parce que peu importe le CV, tout le monde a besoin d’être formé sur un poste. Je parle de caractère, de motivation, de capacités à s’adapter. Bref tout ce qui fait que tu aurais du trouver le poste qui te fait rêver, mais que des RH bornés ont décidé de pas te donner. Je suis sûrement trop naïve – et trop remontée contre les RH.

        Mon premier com était absolument pas un conseil mais une expérience purement perso. Rien ne m’insupporte plus que les gens qui donnent des « conseils » aux personnes qui cherchent un emploi et croient avoir la science infuse juste parce qu’ils en sont sortis ou jamais été.

        Aimé par 1 personne

      2. Ah oui ça les conseils c’est insupportable, ça donne l’impression d’être prise pour une imbécile qui ne sait pas chercher elle-même… pas plus tard que tout à l’heure ma mère qui me sort « mais tu devrais recontacter la banque pour avoir une raison de refus, ça te sera utile ! » … oui merci je le sais, sauf que je n’ai pas d’adresse, c’est via une boîte d’intérim…
        J’aimerais bien avoir autant d’espoir que toi, et ma foi, je n’ai croisé un tel RH qu’une fois, pour mon précédent poste… et le pauvre m’a dit par la suite qu’il ne savait pas qu’il me propulsait dans un environnement si négatif. On me laissait ma chance, mais ma poisse m’a rattrapée 😛 mais au moins ça prouve que c’est possible, un peu…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s