La naturopathie ?

Vous l’ignorez peut-être, mais depuis un peu plus d’un an, j’ai entrepris un grand virage dans ma consommation, le but étant de manger mieux et de réduire mon empreinte écologique. Je suis encore très loin de la perfection à ce niveau, mais l’écologie prend de plus en plus de place dans ma vie, avec la tendance zéro déchet, les boycotts de marques encourageant l’esclavage moderne ou travaillant avec Monsanto par exemple. Ou même les entreprises ne payant pas d’impôts en France tout en étouffant nos producteurs ou nos petits artisans, magasins.

En bref, je deviens consommactrice et je me renseigne de plus en plus sur les moyens de m’améliorer au quotidien. Ce qui demande un changement profond des habitudes et une sortie de ma zone de confort. Mais j’aime ça. Je me sens utile, à mon échelle. Ce n’est pas parce que je ne veux pas d’enfants que je dois consommer aveuglément et vivre de la souffrance des autres en en ayant rien à foutre.

Vous allez me dire, quel est le rapport avec un blog spécialisé dans mes aventures de chercheuse d’emploi ? Eh bien suite à mon dernier article, j’ai commencé à dresser une liste des connaissances et compétences acquises, notamment en autodidacte, et de mes centres d’intérêt. L’écologie et la protection animale arrivent en tête de liste.

Le problème de la protection animale, c’est que ce qui m’intéresse ne se trouve qu’en bénévolat. Et le bénévolat, c’est très gratifiant, mais ça ne remplit pas l’assiette et surtout les compétences acquises n’ont aucune importance pour le recruteur. La France c’est le pays qui se touche sur les diplômes, et on peut acquérir toutes les compétences du monde, sans diplôme ça ne sert à rien.

J’ai aussi fait du petsitting pendant des années, mais aujourd’hui je ne peux plus garder d’animaux chez moi en raison des soucis de moisissures très visibles de mon appartement (pourtant je nettoie hein, mais même la javel ne suffit plus) et de mon chat qui n’accepte pas les autres animaux (hors de question de lui imposer ce stress). Je pourrais garder les animaux chez les autres, mais les gens sont très méfiants -et je peux les comprendre- et surtout je ne suis pas mobile, n’ayant ni permis ni voiture. Sans parler de la concurrence des petsitters de la « campagne » avec leurs immenses enclos pour pas cher…^^

L’écologie, je la soutiens en sensibilisant au maximum mon entourage, en votant en accord avec mes valeurs (oui, j’ai très mal vécu les résultats de la Présidentielle et je ne suis pas prête de soutenir notre chef d’État) et en agissant à mon échelle pour réduire mes déchets, en apprenant à lire une étiquette et à décoder l’enfumage marketing, entre autres.

Le métier de naturopathe me fait de l’œil depuis un certain temps déjà. Cependant, en France, c’est un métier qui n’est pas vraiment réglementé. N’importe qui peut se prétendre naturopathe après avoir suivi une petite formation sur internet. Cependant, si je dois le devenir, je ne veux pas suivre la première formation venue, et je veux une certaine reconnaissance dans le milieu.

Problème : j’ai envoyé une enquête métier aux naturopathes du coin, mais aucun n’a daigné me répondre. Pourtant, j’ai été polie, je me suis excusée du dérangement et je n’ai pas envoyé un questionnaire long comme le bras… tant pis.

J’ai donc été fouiller du côté des offres d’emploi pour voir si les entreprises cherchaient un profil ou un diplôme en particulier. Dans l’ensemble, non, les gens cherchent juste des naturopathes diplômés avec de l’expérience (évidemment) mais ne sont pas regardants sur la provenance du diplôme. Sauf pour certaines offres sur lesquelles un diplôme d’une école affiliée à la FENA est demandé. Si j’ai bien compris, la FENA regroupe des écoles dont le but est de dispenser une formation de qualité, de faire encadrer les étudiants par de véritables professionnels. Ce qui, déjà, se rapproche plus de mes exigences de formation.

Problème 2 : je n’ai pas envie de reprendre des études longues. Même si je ne trouve pas de travail actuellement, j’ai quand même 27 ans, alors suivre une formation de plusieurs années ne me laissant exercer qu’à partir de 30 ans… non merci. Pour moi c’est un an grand maximum.

Je suis allée regarder les sites des différentes écoles affiliées à la FENA, et après avoir exclu celles qui ne sont pas dans ma région et celles qui ne proposent que des formations longues, j’en ai retenu deux : Isupnat et Cenatho.

L’Isupnat propose deux formations : une intensive sur 15 mois et une en week-ends sur 36 mois. L’intensive est celle qui correspond le mieux à mes attentes et je correspond, en théorie, aux critères d’admission (malgré tout, vu que j’ai eu mon bac en 2007, je pense que j’ai besoin d’une remise à niveau en biologie).

Pour cette année de formation, le tarif de référence est de … 15000 euros. Pour les demandeurs d’emploi, il y a un tarif préférentiel de 11495 euros. Sachant que ce n’est que pour la formation, il faut également prévoir un gros budget livres (environ 300 euros), un budget fournitures, un budget rencontres professionnelles, et le transport… c’est totalement hors de mes moyens. Je n’ai pas de travail régulier, et mes économies n’atteignent pas le montant de l’année (et les économies en question sont là pour les coups durs, en dehors de ça je n’y touche pas). Je ne vois pas comment réunir cette somme. Le paiement est échelonnable mais quand on a pas d’argent, paiement échelonné ou non on ne peut pas payer. Et je n’ai pas cumulé assez d’heures de travail pour faire financer ma formation avec mes heures DIF (en plus je ne suis pas en poste).

De plus, je ne peux pas (et pour être honnête, je ne veux pas) faire d’emprunt. Les banques ne prêtent pas aux gens comme moi qui ont des maladies génétiques dégénératives. J’en avais déjà parlé avec mon conseiller qui me l’avait confirmé (il était désolé pour moi mais ne pouvait rien faire pour m’aider). Et puis je ne me vois pas faire d’emprunt sans garantie de travail à la sortie. Car oui il y a des débouchés, la France manque de naturopathes, mais si je veux m’installer là encore il y aura un coût, et si je veux chercher un emploi là encore je vais me heurter au barrage de l’expérience malgré l’immersion professionnelle prévue par la formation. Je n’ai personne dans mon entourage à qui emprunter non plus, encore moins une telle somme. L’école dit qu’il y a un suivi après la formation pour permettre aux jeunes naturopathes de s’installer mais j’ai du mal à croire au Père Noël.

Le Cenatho propose deux formations qui m’intéressent :

Celle de praticien de santé naturopathe, sur 16 mois, qui inclut également un stage d’été et 18 jours de TPD.

Celle de conseiller en boutique bio, qui dure 20 jours de cours et 10 jours de stage.

La première est évidemment la plus complète, celle qui m’intéresse le plus (sincèrement je lis la plaquette avec le programme et ça fait vraiment envie) mais c’est évidemment la plus chère : 10950 euros, hors coûts annexes comme les livres, le transport, ou les stages (sur la plaquette ça parle d’un stage en Belgique dans un hôtel 3 étoiles… donc le train, l’hôtel, etc). Là aussi, c’est hélas totalement hors de mes moyens, même avec un paiement fractionné. Je n’ai pas cette somme sur tous mes comptes en banque réunis.

La deuxième est moins complète mais offre des débouchés intéressants, bien que limités : création ou reprise d’une boutique bio, vendeur conseil en boutique, consultant conseil en laboratoire, commercial, ou même installation en tant que conseiller en bio-nutrition. Sans parler des déclinaisons possibles comme l’animation, les stages-découverte, etc. Elle coûte quand même 1800 euros, hors frais annexes comme le transport. C’est une somme plus « facile » à trouver mais malheureusement, je n’arrive pas à trouver de travail pour la réunir. J’ai cette somme sur mon compte en banque mais la débourser me mettrait en difficulté en cas de coup dur.

De plus, suivre une formation demande aussi de passer le PSC1, ce qui coûte en moyenne 75 euros hors coût du transport, ainsi qu’une consultation chez un naturopathe, ce qui coûte en moyenne 60 euros (pour le minimum syndical).

L’idéal serait de trouver un job de quelques mois pour avoir la somme, mais si c’était si simple, j’en aurais un depuis longtemps et je ne m’interrogerais pas sur une reprise d’études. Je suis donc un peu coincée, car très intéressée pour me former dans un cadre reconnu mais c’est hors de mes moyens. Même si c’est une formation qui mène à un travail intéressant et en accord avec mes valeurs (bien plus qu’aller aligner des conserves en rayon ou trier de la paperasse en tous cas).

Il me reste aussi la solution de la formation à distance, mais les tarifs ne sont pas forcément plus avantageux qu’une école (même s’ils permettent la formation à distance, ce qui m’arrange) et devoir aligner les billets pour le moindre stage de quelques jours ne m’enthousiasme pas réellement.

En tous cas formation ou pas j’ai les références de pas mal de livres et encyclopédies que je compte me procurer. Ça aussi, ça a un coût.

Bref, en résumé, je suis bien intéressée pour faire enfin prendre un virage à ma « carrière », en accord avec mes valeurs, mais le problème de l’argent me freine. Je ne sais pas trop comment faire financer ça, et surtout comment rembourser ensuite si ma formation ne change rien niveau emploi.

Publicités

5 réflexions sur “La naturopathie ?

  1. Eh béh ! Les coûts de formation sont vraiment exorbitants ! Pour une profession peu réglementée je trouve ça aberrant…
    Par contre quand tu parles du DIF et que tu dis que tu n’es pas en poste, je crois que maintenant, en poste ou pas, tu peux utiliser ton DIF. Mais bon ça ne change rien au problème, car même si tu avais beaucoup d’heures de DIF, je suis pas sûre que ça puisse couvrir la formation la plus courte (celle de conseiller bio). A voir quand même, le max du DIF étant 120h…

    Par contre je pense que cette formation-là, même si moins intéressante que les autres, pourrait peut-être être un tremplin pour toi, déjà pour trouver un emploi en magasin bio (je sais je suis optimiste), et te permettre ensuite de rebondir sur une formation de naturopathe, car quand tu es salarié c’est beaucoup plus simple de faire une formation que quand tu es chômeur (la logique française quoi…).

    En tout cas je trouve que c’est une très belle ambition que tu as là, surtout si ça va dans le sens de tes convictions, et non pas dans le sens de « c’est un secteur qui recrute », « ça paye bien », etc, bref le sens que veluent nous faire suivre les gouvernants et les conseillers popôle.

    Courage !

    Aimé par 1 personne

    1. Je viens de regarder mon compte personnel de formation, ils ont enfin crédité les heures de mon contrat de six mois, j’ai donc 15 heures CPF disponibles. Sachant que la petite formation fait 20h de cours, c’est un moyen de payer moins, si du moins je peux les utiliser pour ça… je vais demander.

      Aimé par 1 personne

      1. La barbe… Toute façon ya toujours un hic, et c’est vrai que peu de formations entrent dans le cadre du DIF… c’est une arnaque ce truc en fait, c’est des heures que tu gagnes en bossant et tu peux même pas faire la formation que tu veux avec !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s