Travailler en milieu non-adapté

Comme expliqué dans mon article précédent, mon homme a réussi à me décrocher un petit contrat dans son entreprise, dans le secteur boulangerie. Je sais, j’avais dit que je n’accepterais plus de contrat en grande distribution tant je déteste ça, mais je ne pouvais pas dire non : en ce moment niveau offres c’est le désert, je n’ai aucune piste, et je n’ai toujours pas le compte-rendu de la MDPH pour savoir si je suis renouvelée ou pas. Et puis en plus, un salaire est toujours plus élevé que l’AAH, donc…

Comme pour chaque contrat dans cette entreprise, mon poste n’est pas adapté. Pourtant, ils se disent handicap-accueillants… la boulangerie se situe juste en face de l’entrée, et à l’entrée en question, les fumeurs se massent pendant leurs pauses. Leur fumée rentre donc dans le magasin et arrive jusqu’à moi. Heureusement, ça ne fume pas non-stop, sinon je pèterais vite un câble. D’autant plus qu’au lieu de se masser à l’entrée ils pourraient aller sur les bancs, un peu plus loin, mais non…

Je n’ai également pas la possibilité de m’asseoir. Il n’y a pas suffisamment de place pour mettre une chaise ou un tabouret et les tables de pique-nique sont réservées aux clients. Si j’ose m’y asseoir, même quelques secondes, je peux prendre cher. Malgré mon handicap et la station debout pénible. Je passe donc 7h par jour debout avec ma double fatigue chronique (DCP + Endométriose).

J’ai pour collègue une personne qui m’a mise au parfum dès le début : le français n’est pas sa langue maternelle, et si elle le comprend et le parle plutôt bien parfois il y a des couacs. Et effectivement il y a de grosses difficultés de compréhension entre nous. Déjà parce qu’elle est censée me former : or elle se contente de me dire « fais-ci, fais-ça » sans m’expliquer comment fonctionne une journée, quelles tâches y-a-t-il à effectuer… j’ai beaucoup de mal à prendre en main la caisse, je lui demande de me montrer les manipulations, elle ne le fait pas, elle enchaîne les touches sans rien m’expliquer et me dit « tu vois c’est comme ça ». Euh…

Je suis quelqu’un qui apprend par mimétisme, il suffit de me montrer et hop c’est intégré. Sauf que si on ne me montre pas, moi je ne suis pas devin, je fais de la merde. Les boulots physiques, manuels, les logiciels, ce n’est pas inné chez moi. Il y a des mouvements à apprendre, un apprentissage à faire.

Petit à petit j’apprends par moi-même, mais l’écart est grand par rapport à la formation que j’avais eu en fromagerie, avec la nana qui m’avait même laissé des petits mots pour me dire ce qu’il restait à faire et tout… là je me forme toute seule. C’est stressant pour moi d’enchaîner les conneries en heure de pointe parce qu’on ne me montre rien donc je ne sais pas me dépatouiller. Je ne suis pas débrouillarde, je fais des efforts, mais entre la fatigue et l’absence de formation, je ne peux pas faire de miracles.

J’ai cependant remarqué que les deux personnes de l’après-midi effectuent des tâches différentes : moi je suis à la caisse et au nettoyage, ma collègue elle gère le « back-office », les stocks, les rayons en magasin, les éventuelles baguettes qu’il reste à cuisiner. Elle m’a dit que lorsque je serai habituée à la caisse elle me montrerait les autres tâches et j’avoue que j’ai hâte : je déteste le service client, je hais ça, alors si je pouvais passer en back-office je serais heureuse. Je préfère me péter le dos que servir les gens (de ce magasin je précise : enseigne de bourges dans une ville de bourges, les gens sont tellement hautains…).

Ce que je reproche aussi à ma collègue, c’est qu’elle est vraiment bavarde : elle me laisse en plan avec des tâches à faire en plus de la caisse, et pendant ce temps, elle va bavarder avec ses connaissances du magasin. Et elle ne considère pas ça comme sa pause. Hier elle a passé 20 minutes à discuter avec le gars de la charcuterie pendant sa pause (celle du gars) et quand elle est revenue elle m’a dit « je vais mettre des baguettes au four et je prends ma pause ». Ah donc c’était du taf de bavarder pendant 20 minutes ??? Et c’est comme ça plusieurs fois par jour : je taffe, je fais des conneries car je suis toute seule et on ne m’a pas montré comment annuler un truc, corriger une erreur, encaisser un ticket restau et pendant ce temps elle est quelque part dans le magasin à discuter.

Je vous avoue que la fatigue s’accumule, en fin de journée je tiens à peine sur mes pieds, j’ai l’impression de marcher sur des aiguilles. La fatigue morale est là aussi, je ne suis pas taillée pour la grande distribution, encore moins dans un domaine qui n’est pas le mien. Si encore je bossais du côté du bio, des compléments alimentaires, dans un domaine qui m’intéresse, ça passerait peut-être mieux. Après tout je souhaite me former là-dedans. Mais là du service client, de l’encaissement, avec une collègue pas fiable qui ne me forme pas, j’en ai déjà marre.

Elle ne comprend pas le concept de handicap et mon besoin de m’asseoir un peu, de souffler, d’avoir quelqu’un qui prenne le relais parce que j’ai besoin de me moucher, de tousser. A chaque fois qu’elle me voit me moucher, elle me demande si je suis malade, je lui ré-explique que j’ai une maladie génétique, elle me regarde avec un air bovin, me dit « ah ok » et le lendemain rebelote. Si je lui dit que j’ai besoin de m’absenter 2 minutes pour me faire de la kiné, elle ne comprend pas non plus. Surtout si j’ai déjà pris ma pause, elle croit que j’ai envie d’en reprendre une. Je n’arrive pas à lui faire intégrer le concept. Pourtant pas besoin de sortir de St-Cyr pour comprendre ce qu’est un handicap…

De plus, on m’a déjà confirmé que si j’acceptais le CDI et qu’après je voulais faire ma formation en naturopathie alors je devrai démissionner, car ils ne m’accorderont pas les semaines demandées. Et je ne peux pas suivre la formation en week-end puisque je bosse le samedi ! Mon homme m’en voudrait énormément si je démissionnais alors qu’il s’acharne depuis des années pour me trouver un contrat dans son magasin et qu’il se prend des revers.

Je ne suis pas faite pour les boulots physiques. Encore moins lorsqu’ils ne sont pas adaptés à mon handicap. Mais nous sommes plus conditionnés pour nous dire « un boulot c’est un boulot, on prend ce qu’il y a » que « mieux vaut pas de CDI qu’un CDI dans lequel on se sent mal« . Je ne pourrais pas refuser si on me proposait le CDI après ce contrat.

J’ai donc jusqu’à la fin du mois pour trouver quelque chose, dans l’administratif de préférence, en plein été malgré le désert des offres d’emploi. Je ne suis pas très optimiste. Tous les matins je checke désespérément les offres pour trouver quelque chose qui vaille le coup (on se comprend, refuser un CDI pour un contrat d’un mois ça ne fera pas passer la pilule à mon homme). Je ne trouve rien. J’en déprime, vous n’avez pas idée. Je veux bien faire des efforts, mais pour un job aussi merdique, dans un domaine qui me rebute autant et un binôme qui en plus n’est pas fiable j’ai du mal.

Je sais que je peux être bonne dans ce que je fais, si le job est adapté. Je l’ai prouvé quand je bossais à la Défense au courrier. C’est aussi pour ça que je ne vois pas l’intérêt de m’acharner dans un job qui me rend si gauche (parfois j’ai l’impression d’être une abrutie finie alors que c’est juste que je ne suis pas dans mon élément) si je peux trouver mieux ailleurs.

Ce job-là, je ne sais pas combien de temps je pourrai le tenir avant de craquer, physiquement ou moralement. Après vous me direz, j’ai la visite médicale à faire, si je dis au médecin que le job n’est pas adapté, il me déclarera inapte et ça passera mieux auprès de mon homme. Mais pas auprès de ma conscience. J’ai l’impression de jouer les difficiles alors que je suis sur un poste inadapté, dans une entreprise qui est là pour encaisser l’argent que lui donne ma RQTH tout en n’aménageant pas le poste, et qu’en plus de ça je ne suis pas dans mon élément.

Bon sang, je déprime. Encore.

Je me demande si ce serait une bonne idée d’aller voir un psychologue pour voir pourquoi je n’arrive pas à passer outre mes difficultés relationnelles. Peut-être que si je n’arrive pas à me forcer, que le simple fait de devoir sourire et plaisanter avec les clients est trop me demander, c’est parce qu’il y a quelque chose d’autre. Une pathologie mentale ? Je pense que ma mère à tort lorsqu’elle me pense Asperger mais peut-être que j’ai effectivement quelque chose. Peut-être que ça me soulagerait de mettre un nom dessus, même si ça ne changerait pas grand chose. Beaucoup de peut-être. D’incertitudes. Ce qui est certain c’est que je suis mal.

Pour l’anecdote hier, lorsque je suis arrivée au travail, nous étions 4 dans notre coin boulangerie à nous marcher sur les pieds. J’en tremblais. Je commençais à faire des bouffées de chaleur, je me sentais oppressée. Trop de monde autour de moi. J’étais mal au point qu’un client a remarqué ma pâleur et m’a demandé si ça allait. Comment rester crédible en disant aux gens que leur présence si près de moi me dérange ?

Je ne sais plus quoi faire ni quoi penser. J’ai l’impression que je me sens mal dans chaque job que je trouve.

Publicités

2 réflexions sur “Travailler en milieu non-adapté

  1. J’ai aussi l’impression de me trouver mal dans chaque job que je trouve, c’est juste qu’on a pas trouvé celui qu’il nous faut et qu’on ne sait pas se contenter d’un « mieux vaut un taf pourri que pas de taf » parce qu’on a une autre vision de la vie. C’est pas bien accepté dans la société mais c’est comme ça.

    Aimé par 1 personne

  2. Pareil qu’Angie: on se sent mal parce que c’est pas le job qu’il nous faut. Quand on a trouvé le job qu’on aime, c’est tellement différent d’aller bosser (ça rend pas le travail plus facile mais on y va la fleur au fusil).

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s